GEGOUT Michel, Louis, Félix

Par Jacques Girault

Né le 28 janvier 1940 à Gérardmer (Vosges) ; instituteur puis professeur ; syndicaliste, militant communiste des Vosges ; conseiller municipal de Thaon-les-Vosges.

Fils d’un artisan maçon, sympathisant communiste, Michel Gegout ne reçut pas de sacrements religieux. Élève du lycée de Gérardmer, il entra à l’École normale d’instituteurs de Mirecourt en 1954 et devint instituteur à Thaon-les-Vosges en 1958. Il adhéra alors au Syndicat national des instituteurs. Titulaire d’une licence d’histoire (1964) et d’un diplôme d’études supérieures d’Histoire (1967) de la Faculté des Lettres de Nancy, il entra dans l’enseignement secondaire et obtint le CAPES d’histoire et géographie en 1971. Après avoir enseigné dans cinq postes à partir de 1966, il devint professeur au collège d’enseignement secondaire de Thaon-les-Vosges en 1970 et y enseigna jusqu’à sa retraite en 1998.

Militant du Syndicat national des enseignements de second degré, il fit partie, de 1971 aux années 1990, de la commission administrative de la section académique (S3) du SNES. Il fut membre du bureau et, au secrétariat, chargé des affaires corporatives (revendications) jusque dans les années 1980. Au niveau départemental, il fut membre du bureau de 1971 à 2007 et secrétaire adjoint de la section (S2) du SNES pendant une vingtaine d’années. Il fut élu à la Commission administrative paritaire académique du milieu des années 1970 à 1996.

Michel Gegout adhéra au Parti communiste français à Mirecourt en 1957 et fit partie du comité puis du bureau (à partir de 1961) départemental de l’association France-URSS depuis le 20 mai 1959. Membre du comité puis du bureau de la section communiste de Thaon, il entra au comité de la fédération communiste des Vosges en 1959 et fut chargé du travail parmi les enseignants pendant une quinzaine d’années. Il participa au stage central pour les instituteurs communistes en 1962. Il resta membre du comité fédéral jusqu’en 1976. De plus en plus en désaccord avec la ligne de la direction du PCF (force de frappe, rupture du programme commun, affaire Fiszbin, puis Pologne, Afghanistan), lors de la conférence fédérale de 1990, il défendit une motion qui obtint un tiers des voix environ, demandant le départ de Marchais. Il pensait depuis longtemps « que sa brutalité en faisait le Secrétaire général idéal pour nos adversaires ».

Michel Gegout fut élu conseiller municipal de Thaon-les-Vosges de 1983 à 1989.

Marié en août 1961 à Épinal (Vosges) avec une professeure, Michel Gegout se définissait comme un « athée tranquille ». Toujours membre du SNES, Gegout restait en 2008 sympathisant communiste mais ne lisait plus l’Humanité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24387, notice GEGOUT Michel, Louis, Félix par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 janvier 2009, dernière modification le 10 août 2012.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément