FORÉ Micheline [née VOITURIER Micheline, Fernande, Adolphine, Marie]

Par Philippe Pauchet

Née le 9 août 1926 à Amiens (Somme), morte le 19 juin 2016 à Amiens ; professeure ; résistante au Front national, déportée ; militante communiste et syndicaliste du SNES.

Micheline Voiturier rejoignit la Résistance en 1942 lorsque Jean-Marc Laurent la fit adhérer au FUJP et au Front national. Elle distribuait des tracts et des journaux communistes clandestins. Ses parents hébergèrent des clandestins et elle en fut agent de liaison.
Le 11 mars 1944, elle fut dénoncée par la directrice de son lycée à la police française. Livrée à la Gestapo, elle fut internée à la citadelle d’Amiens (où elle rencontra Edouard Foré lors d’une "corvée de soupe"), puis fut transférée au Fort de Romainville. Déportée à Ravensbrück le 18 juillet 1944, elle fut affectée au Kommando de Neubrandenburg. Libérée par les Soviétiques le 27 avril 1945, elle rentra en France le 23 juillet.

En 1946, elle épousa Edouard Foré. Le couple eut un enfant : Blandine. Micheline Foré était professeure de lettres classiques à la cité scolaire d’Amiens. Elle continua à militer au sein du Parti communiste français et devint un membre très actif du SNES.

Micheline Voiturier était titulaire de la carte de volontaire de la Résistance, reconnue comme DIR et comme RIF.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243916, notice FORÉ Micheline [née VOITURIER Micheline, Fernande, Adolphine, Marie] par Philippe Pauchet, version mise en ligne le 10 mars 2022, dernière modification le 13 septembre 2022.

Par Philippe Pauchet

SOURCES : Arch. Dép. Somme, 79W111/1378. — SHD, Vincennes, GR 16 P 598815. — Témoignage de Micheline Foré, juin 2007. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément