LISSAC Marcel, André

Par Dominique Tantin, Eric Panthou

Né le 19 septembre 1924 à Paris (Xe arr.), mort en action le 16 août 1944 à Ussel (Corrèze) ; résistant dans l’Armée secrète (AS).

Marcel Lissac avait rejoint les maquisards de la 3e Brigade de l’AS en Corrèze. Il trouva la mort lors de l’assaut donné conjointement par l’AS et les FTP contre la garnison d’Ussel retranchée dans l’école primaire supérieure. Il fallut deux jours pour qu’à la suite de l’incendie des combles de l’EPS, les hommes de la Wehrmacht se rendent aux assiégeurs. Pour les Résistants, six morts furent à déplorer, Paul-Jean Allègre*, Pierre Bordas, Gabriel Borzeix*, Henry Brugières*, Adam-Joseph Kudera*, Marcel Lissac et Alfred Vivier*. Onze blessés du côté AS et 16 des FTP s’ajouteront à cette liste.

Marcel Lissac obtint la mention “Mort pour la France” et fut homologué FFI. Son nom est inscrit à Neuvic (Corrèze) sur le monument aux Morts et sur le Monument commémoratif aux Résistants et Maquisards. Il est aussi inscrit le monument aux Morts de la commune de Roche-le-Peyroux (Corrèze).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article243939, notice LISSAC Marcel, André par Dominique Tantin, Eric Panthou, version mise en ligne le 23 novembre 2021, dernière modification le 23 novembre 2021.

Par Dominique Tantin, Eric Panthou

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen, AC 21 P 79991 et Vincennes GR 16 P 373893 (nc). — Maquis de Corrèze, 150 combattants et témoins, Paris, Éditions Sociales, 1975, p. 529. — Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément