RABOEUF Henri, Joseph

Par Eric Panthou, Augustin Jouve

Né le 5 octobre 1899 à Essonne, aujourd’hui Corbeil-Essonnes (Seine-et-Oise, devenu Essonne), exécuté sommairement par la Résistance le 10 août 1944 à Le Brugeron (Puy-de-Dôme) ; ouvrier d’usine ; présumé résistant au sein des Mouvements unis de la Résistance (MUR).

Fils de François Raboeuf, né le 16 octobre 1868 à La Grignon-Montreuillon (Nièvre), domestique, et d’Emilie Heumbert, née le 29 août 1875 à Lavault-de-Frétoy (Nièvre), Henri Raboeuf était ouvrier d’usine et habitait 84 rue Quincampoix à Paris (ex Seine, III° arr.). Il résidait durant les hostilités à Mégescote, commune de Sainte-Florine (Haute-Loire). Il était marié à André Alice Thérèse Pluvissage depuis le 14 juin 1921 avec qui il eut un fils.

Il était sans doute résistant et a été tué à Vialles-Vieilles, commune du Brugeron (Puy-de-Dôme), le 10 août 1944. Il aurait été exécuté par un groupement FFI, cause inconnue. Il fut probablement exécuté par l’Armée secrète pour vol, comme Rudolph Dussert et André Hervier, tués au même endroit à des dates très proches.
Son corps fut exhumé le 21 juin 1945. Ce même jour, 9 autres corps, sur 3 sites différents furent également exhumés sur le territoire de la commune du Brugeron (Le). Les autres tués sont identifiés comme des victimes de l’épuration par la Résistance.
Il fut identifié d’après un manuscrit renfermé dans une bouteille et trouvé dans la fosse où il a été enterré. C’était un procédé utilisé dans le cadre d’exécution par la Résistance. Son corps a été reconnu par Maria Rouby, veuve Leblanc, de sainte-Florine.

Sur la base des recherches antérieures menées par Jean Gouttetoquet, natif du Brugeron, passionné d’histoire locale qui a écrit des articles dans la revue du Bulletin du Cercle d’études sur la Seconde Guerre mondiale de Thiers et sa région, on peut émettre une hypothèse sur les causes de la mort d’Henri Raboeuf.
Jean Goutteloquet avait un oncle qui connut un Résistant durant la guerre. Selon ses souvenirs, il était plus âgé que les autres (39 ans d’après lui), était originaire de la région parisienne et résidait à Sainte-Florine en Haute-Loire. Après une période passée sur la zone des maquis du Brugeron, il s’est trouvé en désaccord avec la vision de certains chefs qui auraient basculé dans un autoritarisme trop appuyé, en montant un tribunal à Vialle-Vieille chargé de juger et d’exécuter les éléments considérés comme "douteux" du maquis. En désaccord avec ces pratiques, ce résistant a quitté ce maquis, pour retourner chez lui à Sainte-Florine. Quelques jours après, plusieurs résistants du maquis implanté à Vialle-Vieille sont venus le trouver chez lui à pour lui faire valoir qu’ils avaient besoin de gens comme lui, avec de l’expérience, pour encadrer les jeunes du maquis. Ils l’ont convaincu de revenir à Vialle-Vieille. A peine arrivé, il a été mis en état d’arrestation et mis dans la porcherie du maquis pour la nuit. Le lendemain matin, à l’aube, il a été jugé par ce prétendu tribunal et accusé de désertion : il a été immédiatement fusillé.
D’après les noms et les parcours de vie de chacun des 11 exécutés du Brugeron, il y a tout lieu de croire qu’il s’agit d’Henri Raboeuf, même si l’âge indiqué par Jean Gouttetoquet n’est pas exactement le même (39 ans contre 45 ans pour Raboeuf).

Dans cette hypothèse, Raboeuf a été exécuté pour avoir manifester ses désaccords mais aussi, sans doute, pour ne pas devenir un témoin gênant des actes commis.

Il a un dossier de victime civile aux archives des victimes des conflits contemporains.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244258, notice RABOEUF Henri, Joseph par Eric Panthou, Augustin Jouve, version mise en ligne le 11 décembre 2021, dernière modification le 19 janvier 2022.

Par Eric Panthou, Augustin Jouve

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 390829, dossier victime civile pour Henri Raboeuf (nc). — AVCC Caen, AC 21 P 379308, dossier victime civile pour Jean Moirat (nc). — Paul Vallaude, "Juillet 1944. Cinq français sont exécutés par la Résistance dans un vallon du Crouet, commune du Brugeron", Bulletin du Cercle d’études sur la Seconde Guerre mondiale de Thiers et sa région, n°15, avril 2006, p. 22-25. — Éléments transmis par Pascal Gibert, le 5 octobre 2021. — Recherches de Jean Goutteloquet recueillies par Augustin Jouve. — État civil Le Brugeron. — Généanet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément