EPIARD Roger, Jules, Édouard

Par Jean-Pierre Besse

Né le 8 janvier 1926 à Creil (Oise), mort le 23 décembre 2014 à Chantilly (Oise) ; ouvrier ajusteur ; militant jociste et syndicaliste CFTC puis CFDT de l’Oise, secrétaire général de la région interprofessionnelle Aisne-Oise de la CFTC puis de la CFDT (1962-1966).

Le père de Roger Épiard travailla comme ouvrier tourneur-mécanicien dans diverses entreprises métallurgiques du bassin creillois et de la région parisienne puis comme manœuvre chez Kuhlmann à Villers-Saint-Paul (vu son âge, il ne pouvait plus effectuer le trajet Paris-Creil tous les jours). Son fils le présente comme socialisant alors que sa mère adoptive était une catholique très pratiquante. Roger Épiard obtint son certificat d’études primaires le 21 juin 1938, puis abandonna ses études à la deuxième année du brevet pour entrer le 8 février 1941 à l’usine Francolor de Villers-Saint-Paul (Oise). Il obtint un CAP d’ajusteur le 21 juin 1943.

Roger Épiard adhéra alors à la JOC dont son frère Georges, né en 1919, avait été l’un des responsables fédéraux avant 1939. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il contribua aux secours apportés par les milieux catholiques creillois aux victimes des bombardements. Engagé à Senlis (Oise) en novembre 1944, il participa aux combats de la Libération au sein du BMXI de la 1re DFL. Blessé, il reçut la croix de guerre avec étoile de bronze. En 1945, il reprit son poste chez Kuhlmann où il travailla jusqu’à son départ pour le Sénégal en mai 1952.

Son séjour à Dakar était organisé sur le plan national par la JOC et la JOCF pour aller vers les jeunes travailleurs d’Afrique Noire. Roger Épiard travailla dans une mine de phosphates à Thiès où il découvrit les conditions de travail des Africains

Revenu en métropole en 1954, Roger Épiard épousa Edmée Ricard le 6 avril 1956 à Méru. Il travailla dans diverses usines du bassin creillois : Ferretitte, Usinor puis Marinoni où il resta de 1955 à sa retraite en 1986 avec cependant une interruption de mai 1962 à novembre 1966 lorsqu’il fut permanent syndical.

Roger Épiard adhéra à la CFTC chez Francolor où il fut délégué du personnel. À partir de 1955, chez Marinoni, il anima une équipe de militants et redonna vie au syndicat des métaux de la région de Creil dont il fut le trésorier de 1960 à 1963. Trésorier fédéral de 1959 à 1961, il était alors domicilié à Creil, Roger Épiard accéda au poste de secrétaire général en mai 1962. Il occupait toujours cette fonction lors de la naissance de la CFDT dont il fut le premier secrétaire départemental jusqu’en novembre 1966, avant de reprendre à cette date le poste de trésorier.

À partir de juin 1960, Roger Épiard fut aussi secrétaire de l’Union régionale de l’Aisne et de l’Oise jusqu’en novembre 1966.
Il quitta Creil pour Villers-sous-Saint-Leu (Oise) en 1970, où il vivait toujours en 1999. Il devint conseiller municipal de cette commune sous le mandat du maire Marcel Terrieux.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24430, notice EPIARD Roger, Jules, Édouard par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 3 février 2009, dernière modification le 28 octobre 2019.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Arch. Dép. Oise, série W. — Arch. Mun. Creil, 555 W 2465. — Presse locale. — Rencontre avec Roger Épiard. — Fiche de renseignements remplie par l’intéressé. — État civil de Creil. — Sources familiales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément