PIVIER Alexandre [Dictionnaire des anarchistes]

Par Dominique Petit

Né le 16 mars 1841 à Rochevan (Savoie) ; mort le 7 janvier 1916 à Paris (IIe arr.) ; tailleur d’habits, costumier ; anarchiste parisien.

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

En juin 1884, Alexandre Pivier était membre des groupes La Liberté et l’Aiguille.
En décembre 1885, il participait à un projet de journal Le Tire-pied et l’Aiguille, organe ouvrier international de la cordonnerie et des tailleurs qui devait paraître tous les 15 jours à partir du 8 janvier 1886. Les lettres et mandats devaient être adressés à Pivier 220 rue Saint-Martin et Chomton, 34 faubourg Saint-Denis. Il semble bien que ce projet n’ai pas abouti.
Alexandre Pivier, dont la compagne Jeanne Malpet, était également militante, avait été signalé dans les réunions à Paris en 1887 et notamment le 25 janvier lors d’un meeting de protestation contre la condamnation à mort de Clément Duval, salle du Commerce, 94 rue du Faubourg du Temple auquel assistaient 500 personnes.
La même année, il était membre du groupe La Lutte avec Louiche, Moucheraud, Couchot et Murjas entre autres.
Au printemps 1887, il fut avec Guimard, l’organisateur de réunions publiques contre les bureaux de placement à la salle Pétrelle. Il était également signalé dans les réunions de la Ligue des antipatriotes.
Début janvier 1888 il avait également participé à la réunion tenue chez Rousseau à l’initiative de Fleury et où avait été fondé un nouveau groupe regroupant essentiellement des compagnons étrangers.
Il était toujours signalé dans les réunions en 1891, notamment avec sa compagne dans celles tenues rue Greneta par le groupe Les Peinards et était également membre du groupe L’Émancipation des tailleurs. Il avait été membre du groupe Les Insurgés avec entre autres Edelin, Laurens et Jeanpierre.
En avril 1892, il fréquentait le Groupe anarchiste international qui se réunissait salle Horel, rue Aumaire.
Il figurait sur une liste d’anarchistes du 26 avril 1892, il demeurait toujours 220 rue Saint-Martin.
Le 4 mars 1893, le couple Pivier assistait à la réunion salle du Commerce, organisée par les anarchistes du XXe arrondissement. L’ordre du jour portait sur la misère et ses conséquences, la suppression des bureaux de placement, les grands financiers du Panama.
Le 14 mai 1893, il assistait avec 80 compagnons, à une réunion pour s’entendre sur l’organisation des groupes anarchistes dans la banlieue et pour provoquer un grand mouvement en faveur de la propagande par le fait.
Le 1er juillet 1893, il était présent, parmi 500 personnes, à un meeting salle du Commerce, 94 rue du Faubourg du Temple. L’ordre du jour portait sur « l’inquisition bourgeoise, le passage à tabac, la torture officielle, réclamations sur les cruautés commises dans les prisons et dans les banques. »
Le 25 novembre 1893, le couple Pivier était présent au meeting anarchiste de la salle du Commerce parmi 700 personnes.
Alexandre Pivier figurait sur l’état récapitulatif des anarchistes au 26 décembre 1893, il habitait 62 rue Montorgueil, il était noté comme « militant ».
Le 7 mars 1894, son domicile 62 rue Montorgueil, était perquisitionné. Il était arrêté et mis en liberté provisoire le 18 avril 1894. Le 1er juillet 1894, lors d’une rafle contre les anarchistes, leur domicile 32 rue de Cléry était perquisitionné, sans résultat, par le commissaire Orsatti. Alexandre Pivier et Jeanne Malpet étaient arrêtés, pour association de malfaiteurs.
Sur l’état du 31 décembre 1896, son adresse était 119 rue de Montmartre.
Son dossier à la Préfecture de police portait le n°257.566.
Alexandre Pivier était décédé à Paris à son domicile 52 rue Greneta, le 7 janvier 1916. Son décès était déclaré par Benia Aurel, veuve Affairons, 57 ans, costumière, vivant avec lui.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244318, notice PIVIER Alexandre [Dictionnaire des anarchistes] par Dominique Petit, version mise en ligne le 14 décembre 2021, dernière modification le 22 décembre 2021.

Par Dominique Petit

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York
Fiche photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

SOURCES :
Archives de la Préfecture de police Ba 73, 75, 77, 78, 913,1491, 1500 , 1505,1508 — Notice Alexandre Pivier du Dictionnaire des militants anarchistesLes anarchistes contre la république de Vivien Bouhey. Annexe 56 : les anarchistes de la Seine — L’Egalitaire 5 décembre 1885 (CIRA de Lausanne) — Le Révolté 25 octobre 1885 — Archives de Paris. Etat civil — Le Figaro 8 mars 1894 — La Cocarde 8 mars 1894 — Note de Marianne Enckell.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément