FROMOND Louis

Par Julien Cahon

Né le 26 janvier 1889 à Templeux-la-Fosse (Somme), mort le 8 février 1968 à Templeux-la-Fosse ; agriculteur ; militant socialiste SFIO puis communiste de la Somme, secrétaire de cellule communiste ; conseiller municipal (1919-1945) puis maire(1945-1968) de Templeux-la Fosse.

Ancien combattant de la Première Guerre mondiale, Louis Fromond s’était marié à Templeux-la-Fosse le 14 juin 1913 avec Henriette Vanegue. Il fut élu conseiller municipal de sa commune natale en 1919, puis adhéra à la SFIO en 1926. Il devint adjoint au maire de Templeux en 1929 et occupa ce poste jusqu’en 1945.

Après plus de vingt ans de militantisme, il quitta le Parti socialiste SFIO pour le PCF en mars 1948. Militant communiste, il devint membre de la section de Péronne et secrétaire de la cellule de Templeux-la-Fosse, commune dont il était maire depuis 1945. Réélu en 1947, en 1953 et en 1959, il ne connut pas le même succès lors des élections à des niveaux supérieurs.

Candidat au Conseil de la République en novembre 1948 avec Augustin Dujardin (candidat sortant) et Henriette Leduc* (conseillère municipale de Mers de la liste Maurice Éloy*), Louis Fromond, en deuxième position sur trois sur la liste PCF, ne recueillit que 164 voix au premier tour (arrivant en douzième position sur dix-neuf candidats) et 160 au second (huitième position sur dix-huit candidats), soit quelques voix derrière Augustin Dujardin (164 voix), et aucun communiste n’était élu. Le retour au système électoral traditionnel avantagea en effet le monde rural et le succès national du RPF ; les deux candidats sortants, et parmi eux la tête de liste communiste, Augustin Dujardin, étaient battus mais dans la Somme, deux radicaux sur trois, Marcelle Delabie et Gilbert-Jules, arrivèrent en tête au premier tour, talonnés par le premier de la liste RPF, Omer Capelle. Au second tour, ils firent liste commune et étaient élus avec 700 voix.

Candidat aux élections cantonales de 1949 et 1955 dans le canton de Roisel, il échoua par deux fois au second tour face à Paul Lejeune (RGR) par 1 561 voix contre 1 312 (sur 4 734 exprimés) en 1949, et par 2 502 voix contre 1969 (sur 4 473 exprimés) en 1955.

Candidat aux élections sénatoriales du 18 mai 1952 avec Augustin Dujardin et Jean Martin*. (deuxième position sur la liste communiste), le maire de Templeux-la-Fosse était à nouveau battu, et les sortants réélus au deuxième tour avec 800 voix. Louis Fromond totalisait 130 voix au premier tour (neuvième candidat sur seize), et 121 (sur 1 465 inscrits) au second tour arrivant avant dernier du scrutin.

Louis Fromond avait été décoré chevalier du Mérite agricole, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale semble-t-il (cette mention apparut pour la première fois sur les tableaux du conseil municipal en 1947).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24433, notice FROMOND Louis par Julien Cahon, version mise en ligne le 3 février 2009, dernière modification le 5 juin 2009.

Par Julien Cahon

SOURCES : Arch. Dép. Somme, 1471W16, série M. — Le travailleur de la Somme, 1945-1980. — Renseignements fournis par la mairie de Templeux-la-Fosse.

ICONOGRAPHIE : Le Travailleur de la Somme, 10 mai 1952.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément