ERHARD Émile Jean, Baptiste

Par Léon Strauss

Né le 1er avril 1901 à Masevaux (Haute-Alsace, Alsace-Lorraine), mort à le 24 juillet 1963 à Mulhouse (Haut-Rhin) ; rédacteur-gérant du quotidien SFIO de Mulhouse, président des Jeunesses socialistes du Haut-Rhin, résistant.

Émile Erhard commença sa carrière de journaliste à l’Agence Havas à Strasbourg (Bas-Rhin) en 1924. Il travailla ensuite aux Dernières Nouvelles de Strasbourg, puis à La France de l’Est à Mulhouse. Militant socialiste SFIO depuis 1926, plus tard président des Jeunesses socialistes du Haut-Rhin, il entra en 1928 au Republikaner/ Républicain du Haut-Rhin, quotidien de la fédération SFIO du Haut-Rhin à Mulhouse. Ses relations avec les sociaux-démocrates allemands et suisses, et vraisemblablement aussi avec les services spéciaux français, lui permirent de faire du journal dirigé par Jean Wagner* l’un des organes de presse les mieux informés sur la montée du nazisme et les réalités du Troisième Reich.

Émile Erhard suivit aussi de très près les activités de l’extrême droite alsacienne et polémiqua souvent avec Joseph Bilger, chef du « Bauernbund », ligue paysanne à l’antisémitisme violent. À la tête des JS, il « fit le coup de poing » contre les adversaires du Front populaire lors des « batailles » du pont Nessel à Mulhouse et de Saint-Amarin. On ne compte pas les procès de presse où il fut inculpé en tant que rédacteur-gérant. En novembre 1936, Émile Erhard effectua un reportage de trois semaines en Espagne républicaine. Il présida ensuite le Comité mulhousien d’aide à l’Espagne. Libre-penseur militant, il fit en octobre 1936, une conférence sur l’Inquisition.

Réfugié en 1940 en Lot-et-Garonne, Émile Erhard s’engagea très tôt dans la Résistance : il eut des activités de renseignements dans les réseaux Gallia et Brutus-Vidal et participa aussi à des filières d’évasion belges. Après avoir échappé à l’arrestation par la police allemande, il eut un rôle important dans l’organisation et l’armement des maquis du Sud-Ouest. Il revint dans le Haut-Rhin dans les rangs du 31e BCP, puis servit dans des états-majors en Allemagne et à Colmar. Émile Erhard fut conseiller municipal de Mulhouse de 1947 à 1959 et candidat de la SFIO à de nombreuses élections législatives et cantonales. Après la transformation du Républicain du Haut-Rhin en hebdomadaire (31 mai 1954), il retourna aux Dernières Nouvelles d’Alsace, puis prit sa retraite pour raison de santé.

Émile Erhard était chevalier de la Légion d’honneur, médaillé de la Résistance, croix de guerre avec palme. Il avait épousé le 8 mai 1926 à Strasbourg Mariette Wollmer, et était père de deux fils.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24443, notice ERHARD Émile Jean, Baptiste par Léon Strauss, version mise en ligne le 5 février 2009, dernière modification le 18 avril 2021.

Par Léon Strauss

ŒUVRE : Assassins ! Un document sur l’avènement d’Hitler, sur ses méfaits, ses crimes et ceux de ses mercenaires, Mulhouse, 1933. — Le Struthof, tel que je l’ai vu, Mulhouse, 1945, 15 p.

SOURCES : Der Republikaner, Mulhouse, 23 octobre 1936. — L’Alsace, Mulhouse, 25 juillet 1963. — Le Républicain d’Alsace, Mulhouse, 25 juillet 1963. — Nouveau dictionnaire de Biographie alsacienne, 9, Strasbourg, 1986, p. 838.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément