GODET François, Louis, Paul alias Fanfan dans la résistance

Par Eric Panthou

Né le 26 novembre 1915 à Gex (Ain), exécuté sommairement par fusillade le 24 juin 1944 à Servières, aujourd’hui Monts-de-Randon (Lozère) ; résistant au sein des Mouvements unis de la Résistance (MUR) en Haute-Loire.

François Godet était le fils d’Estelle, Louise, Françoise Godet, 24 ans, lapidaire (tailleuse de pierres précieuses).
Alors qu’il habitait dans la région lyonnaise, il rejoignit la compagnie motorisée des MUR de la Haute-Loire, Compagnie Barra. Après une attaque allemande sur Saugues (Haute-Loire) où la compagnie était installée, elle ne put rejoindre le Mont-Mouchet puis les gorges de la Truyère et dut se replier sur la Lozère à Grand-Rieu, le 11 juin 1944.
François Godet, également désigné sous le nom de François Burdin alias Fanfan fut envoyé en mission le 12 ou 13 juin à moto avec son camarade Fernand Mohrbach. Les deux hommes furent interceptés par un détachement allemand près de la ferme du Pont-Rodier à Châteauneuf-de-Randon (Lozère). Incarcérés à la prison de Mende (Lozère), François Godet et son camarade Mohrbach, furent extraits de leur cellule le 24 juin 1944 par Ludwig Kocher, de la Sipo-SD, et furent exécutés dans les bois de La Boulaine, à Servières, au nord-ouest de Mende. Les équipes de la Croix-Rouge relevèrent leurs corps qui furent inhumés au carré militaire du cimetière Séjalan de Mende.
Un doute subsiste sur le lieu de son décès car aucun acte de décès n’a été trouvé à Monts-de-Randon et à Mende tandis que sur son acte de naissance, il est indiqué une mort le 24 juin 1944 à Villefranche-de-Panat (Aveyron). Cette commune se situe pourtant à plus de 110 km de Mende et aucun acte de décès concernant François Godet n’est présent ici. On sait que deux résistants de l’Armée secrète (AS) de Lozère, Camille Meissonnier et Abel Bonnet firent une tentative de fuite vers Villefranche-de-Panat au cours d’un transfert le 18 juin 1944. Rattrapés, ils furent fusillés sommairement à deux kilomètres de cette localité, sur la route de Bouloc. Il est possible que François Godet ait été confondu avec ces deux hommes ce qui a entraîné cette erreur de mention sur son acte de naissance.

Il a été reconnu « Mort pour la France », homologué FFI pour la période du 1er avril 1943 au 14 juin 1944. Il a le statut de déporté interné de la Résistance (DIR).

Son nom figure, avec celui de Fernand Mohrbach, sur la stèle commémorative érigée dans le bois de la Boulaine (Servières, Lozère).
Son assassin, Kocher, du bureau de Mende de la Sipo-SD de Montpellier (Hérault), fut condamné par aux travaux forcés à perpétuité par le tribunal militaire de Marseille (Bouches-du-Rhône) qui siégea du 17 novembre au 3 décembre 1953.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244538, notice GODET François, Louis, Paul alias Fanfan dans la résistance par Eric Panthou, version mise en ligne le 30 décembre 2021, dernière modification le 20 janvier 2022.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD Vincennes, GR 19 P 43/11 : Compagnie Barra. — AVCC Caen, AC 21 P 616436, dossier François Godet (nc). — SHD Vincennes, GR 16 P 423819, dossier résistant François Godet (nc). — Mémorialgenweb. — Geneanet. — État civil Gex.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément