PARC Marie, Goulven [La citoyenne GUÉGUEN].

Par Gilles Pichavant

Née 8 septembre 1880 à Brest (Finistère) ; couturière ; militante à la Bourse du Travail de Brest (1905-1906) ; socialiste ; antimilitariste.

Fille d’un journalier et d’une mère au foyer, originaires de Goulven (Finistère), le 7 novembre 1905, la Citoyenne Guéguen apparut dans la presse locale de Brest, comme militante syndicale et politique. Femme d’un ouvrier chaudronnier de l’arsenal, elle prit la parole dans un meeting, devant 2800 ouvriers de l’arsenal, en grève, où elle prononça un discours antimilitariste. « Je n’ai qu’un fils », aurait-elle dit, « et je lui apprendrai à maudire le capitalisme et le militarisme. C’est aux mères à apprendre ces choses là à leurs enfants » (La Dépêche). Et « si elle le voyait saluer un Amiral, elle le fesserait » (G.-M Thomas, Brest La Rouge). À partir de ce moment elle se révéla être une oratrice de talent, que l’on suit dans la presse locale pendant un peu plus d’un an.

Le soir du 14 novembre suivant, prenant la parole devant 3000 personnes dans un meeting des grévistes de l’arsenal, elle déclarait : « Citoyens citoyennes, certains d’entre vous ont eu peur de la circulaire ministérielle qui a été affichée ce matin, et ce sont leurs femmes qui auraient dû les engager à se solidariser avec leurs camarades ». La Dépêche de Brest écrit alors : « Madame Guéguen dépeint le rôle de la mère de famille et conseille à toutes les femmes présentes de venir s’éduquer et s’instruire à la Bourse du Travail où, ajoute-t-elle elle apprendront à bien élever leurs enfants. Courage camarades, dit-elle en terminant, ne vous laissez pas abattre comme le chêne de la fable ».

Le 21 janvier 1906, elle témoigna comme témoin à décharge au procès Pengam, poursuivi en cour d’assises pour antimilitarisme et acquitté. Le 29 janvier elle prit la parole dans un meeting antimilitariste organisé par le comité de défense sociale et le syndicat du port. Elle y réexprima ses conviction anticapitalistes et antimilitaristes. De nouveau le 1er février elle fut à la tribune d’un meeting antimilitariste à la Bourse du travail, où elle assista le président de séance Le Nouy.

Le 18 mars 1906, elle fut annoncée à Saint-Marc (Brest) dans un grand meeting organisé par le syndicat des travailleurs du port.

Le 25 avril 1906, elle présida le meeting, avec pour assesseur Pengam et Le Gall, au cours duquel la citoyenne Jacoby, déléguée de la Confédération général du Travail fit une conférence sur la journée de huit heures, et appela les travailleur à la grève le 1er mai suivant. Le 1er mai, la citoyenne Guéguen fut placée à la tribune du meeting, salle de la Brestoise, à Brest, aux côtés de Roullier, le secrétaire générale de la Bourse du travail, Conches délégué de la confédération, Vibert adjoint au maire, et Martin, conseiller municipal. L’après midi, elle présida un meeting socialiste salle de la Brestoise, avec comme assesseurs Le Nouy et Masson, dans le cadre de la campagne électorale de Goude, pour les élections législatives prochaines.

Le 5 janvier 1907, elle assista à une conférence révolutionnaire et antimilitariste d’Yvetot, au cours de laquelle l’on apprit que le syndicat de l’arsenal était déchiré entre les anarchistes qui le dirigeaient et les socialistes. Le nombre de syndiqués était tombé de 3000 à 500. « C’est vrai, déclara-t-elle, mon mari a quitté le syndicat parce qu’il ne veut plus être mené ». Ce fut la derrière apparition de la Citoyenne Guéguen dans la Dépêche de Brest.

Il pourrait s’agir de Marie Goulven Parc, couturière, née le 8 septembre 1880 à Brest, et mariée le 15 février 1899 a Brest (Finistère), avec Claude Guéguen, chaudronnier à l’arsenal de Brest. En effet, un avis passé par son mari dans la Dépêche du 21 mars 1907 signale que “M. Guéguen, ouvrier à l’arsenal, prévient le public qu’il ne répondra pas des dettes de sa femme, la citoyenne Guéguen [en gras dans le journal], née Marie Parc”. Le 19 septembre suivant Claude Guéguen mourait à Brest. Il avait 34 ans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244554, notice PARC Marie, Goulven [La citoyenne GUÉGUEN]. par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 30 décembre 2021, dernière modification le 30 décembre 2021.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire, 28 avril 1906Le Soir, 9 novembre 1905La Croix, 9 novembre 1905La Dépêche de Brest, 8 novembre 1905, 15 novembre 1905, 22 janvier 1906, 29 janvier 1906, 30 janvier 1906, 2 février 1906, 16 mars 1906, 25 avril 1906, 6 novembre 1906, 2 mai 1906, 7 janvier 1907, 21 mars 1907 — Georges-Michel Thomas, Brest la Rouge, Éditions de la Cité, Imprimerie du Télégramme, 1967. — État civil par le Centre de Généalogie du Finistère (CGF).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément