ROBION Théodore, Georges, Sidoine

Par Jean-Luc Marquer

Né le 7 juin 1881 à Toulon (Var), mort le 11 août 1944 à Bougé-Chambalud (Isère) ; pharmacien ; victime civile.

Théodore, Georges, Sidoine Robion était le fils de Louis, Marius Robion, menuisier de marine, et d’Aurore, Séraphine, Élisabeth Taradel, son épouse. La famille habitait quartier du Pont-de-Bois à Toulon (Var).
Lorsqu’il effectua son service militaire au 3e RI à partir du 15 novembre 1902, il était étudiant en pharmacie. Il fut rendu à la vie civile le 28 septembre 1905.
Il épousa Claire, Marie-Antoinette Bertrand le 17 septembre 1908 à Hyères (Var). Ils eurent au moins un enfant.
Il acheva ses études à Paris et devint pharmacien à Toulon.
Rappelé à l’activité le 2 août 1914, il servit comme pharmacien auxiliaire dans différentes sections d’infirmiers, sur le front contre l’Allemagne, puis en Orient. Il fut promu au grade de pharmacien auxiliaire à titre définitif à partir du 11 mars 1916.
Revenu en France le 9 septembre 1916, il fut démobilisé le 26 février 1919.
Il trouva la mort le 11 août 1944 à son domicile au hameau de Porte à Bougé-Chambalud (Isère), où il s’était réfugié avec sa famille.
Son acte de décès ne porte pas de mention « Mort pour la France » mais il existe un dossier à son nom aux Archives des victimes des conflits contemporains à Caen (Calvados) dont la consultation permettra peut-être d’apprendre les circonstances de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244626, notice ROBION Théodore, Georges, Sidoine par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 10 janvier 2022, dernière modification le 10 janvier 2022.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 393914 (nc). — Arch. Dép. Var, RMM, 1 R 827, p. 297. — Geneanet. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément