FOUQUEREAU Ernestine, Marie Louise [née DUBLÉ]

Par Michel Thébault

Née le 24 juillet 1895 à Saint-Lambert-des-Levées (Maine-et-Loire), massacrée le 20 août 1944 à Saint-Hilaire-Saint-Florent, commune aujourd’hui rattachée à Saumur (Maine-et-Loire) ; cultivatrice ; victime civile.

Ernestine Dublé était la fille de Joseph Dublé (né le 10 juin 1870 à Saint-Hilaire-Saint-Florent, Maine-et-Loire) jardinier et de Marie Béal (née le 11 décembre 1870 à Vernantes (Maine-et-Loire) cultivatrice, tous deux domiciliés rue Juive à Saint-Lambert-des-Levées. Ses parents s’étaient mariés le 15 janvier 1894 à Saint-Lambert-des-Levées (Maine-et-Loire) et Ernestine était leur premier enfant. Elle se maria le 28 juillet 1913 à Saint-Lambert-des-Levées avec Gustave, Auguste Fouquereau (né le 10 février 1888 à Vernantes, Maine-et-Loire). En 1944, âgée de 49 ans, elle habitait avec son mari et sa mère Marie Dublé, âgée de 73 ans, dans la cité Saint-Jacques, située route de Rouen, sur la commune de Saint-Lambert-des-Levées, tout près de la limite de Saumur. Ils appartenaient vraisemblablement à la population des maraîchers des bords de Loire, travaillant dans les communes périphériques de Saumur.

Elle fut victime le 19 août 1944 avec son mari et sa mère de la rafle perpétrée à Saint-Lambert-des-Levées (commune aujourd’hui rattachée à Saumur) par des soldats allemands sans doute à la recherche de maquisards FFI. Augustin Girouard qui recueillit dans l’immédiat après guerre les récits des témoins pour son article Le charnier de Saumur (op. cit.) donne le récit suivant des arrestations : « A 16 heures 30, en cette journée fatidique du 19 août, M. Louis Paillé, adjudant de gendarmerie en retraite, domicilié rue Saint-Jacques, déambule dans son jardin, quand plusieurs rafales de mitrailleuses sont tirées en direction des habitations Fouquereau et Foucher ; soudain flammes et fumée jaillissent, la maison de M. Julien Vollet, beau-père de M. Foucher, brûle. Que s’est-il passé ? La jeune Raymonde Cochin, 11 ans, joue dans la cour, près de sa maman, née Marie Ricier, qui aide Gustave Fouquereau à battre des haricots. La femme de ce dernier, née Germaine Dublé, raccommode linge et vêtements, tout en conversant avec sa mère, Mme Dublé, née Béal Marie, assise dans son fauteuil ; Mme Guignaudeau, née Derouard Yvonne, tient compagnie. Soudain, vingt soldats environ apparaissent dans ces parages et pénètrent chez M. Vollet ; l’un appelle M. Foucher qui s’enfuit dans le jardin. Ils font irruption dans la cour Fouquereau en criant : Venez tous là où je vous tue ». Six des douze arrestations se sont donc produites en un même lieu, la cour de la maison Fouquereau. Avec les 11 autres personnes arrêtées Ernestine Fouquereau fut conduite à Saumur et interrogée par la Feldgendarmerie. Le lendemain 20 août dans des conditions et à une heure imprécises, elle fut amenée avec six hommes (dont son mari Gustave Fouquereau) et quatre femmes (dont sa mère Marie Dublé), sur un terrain militaire en bord de Loire au lieu-dit Le Breil. Elle fut abattue d’une rafale de mitrailleuse, avant d’être inhumée sommairement dans une fosse de DCA. Les corps ne furent retrouvés, exhumés et identifiés que le 9 mars 1945.

Elle obtint la mention « morte pour la « France » et son nom est inscrit sur le monument aux morts de Saumur. Il figure également sur le monument commémoratif 1939 – 1945 de Saint-Lambert-des-Levées et sur la stèle commémorative du Breil à Saumur (Maine-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244627, notice FOUQUEREAU Ernestine, Marie Louise [née DUBLÉ] par Michel Thébault, version mise en ligne le 7 janvier 2022, dernière modification le 12 janvier 2022.

Par Michel Thébault

SOURCES : SHD Caen AVCC Cote AC 21 P 344133 (nc) — Arch. Dép. Maine-et-Loire (état civil) — Marc Bergère Une société en épuration, Épuration vécue et perçue en Maine-et-Loire. De la Libération au début des années 50. Éditeur Presses Universitaires de Rennes. 2004 — Augustin Girouard Le Charnier de Saumur Société des Lettres, Sciences et Arts du Saumurois tome n° 96 Janvier 1947, pages 63 à 71 — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément