PINEAU François, Auguste

Par Michel Thébault

Né le 6 février 1877 à Loublande (Deux-Sèvres), massacré le 20 août 1944 à Saint-Hilaire-Saint-Florent, commune aujourd’hui rattachée à Saumur (Maine-et-Loire) ; facteur des Postes ; victime civile.

François Pineau était le fils de François Pineau âgé de 27 ans cultivateur et d’Anastasie Murzeau âgée de 20 ans cultivatrice, domiciliés au lieu-dit La Butte, commune de Loublande. Il exerça d’abord la profession de domestique agricole avant d’être appelé en novembre 1898 pour le service militaire. Incorporé dans le 125ème Régiment d’Infanterie de Parthenay (Deux-Sèvres) puis dans le 1er Régiment d’Infanterie de Marche, il fut envoyé en Algérie de février à août 1899 avant de participer au Corps expéditionnaire de Chine du 12 août 1900 au 5 juillet 1901 (dans le cadre de l’alliance de huit puissances contre la révolte des Boxers). Démobilisé en juillet 1901 il en conserva des séquelles de paludisme qui lui valurent une pension d’invalidité. Entré à l’administration des PTT il fut d’abord affecté en 1902 à La Salle-de-Vihiers (Maine-et-Loire) avant de devenir facteur de ville à Saumur en 1908. Il se maria à Saumur le 1er juin 1911 avec Marie, Augustine, Joséphine Gaboreau, domicilié 2 rue Balzac. Il fut mobilisé en août 1915 comme affecté spécial à la Trésorerie des Postes aux Armées avant de reprendre son poste de facteur de ville à Saumur à sa démobilisation le 30 avril 1919. En 1944, âgé de 67 ans, vraisemblablement retraité des Postes il résidait à Saint-Lambert-des-Levées.

Il fut victime le 19 août 1944 de la rafle perpétrée à Saint-Lambert-des-Levées par des soldats allemands sans doute à la recherche de maquisards FFI. Avec 11autres habitants il fut conduit à Saumur et interrogé par la Feldgendarmerie. Le lendemain 20 août dans des conditions et à une heure imprécises, il fut amené avec cinq autres hommes et cinq femmes, sur un terrain militaire en bord de Loire au lieu-dit Le Breil. Il fut abattu d’une rafale de mitrailleuse, avant d’être inhumé sommairement dans une fosse de DCA. Les corps ne furent retrouvés, exhumés et identifiés que le 9 mars 1945.

Il obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le monument aux morts de Saumur. Il figure également sur le monument commémoratif 1939 – 1945 de Saint-Lambert-des-Levées et sur la stèle commémorative du Breil à Saumur (Maine-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244660, notice PINEAU François, Auguste par Michel Thébault, version mise en ligne le 7 janvier 2022, dernière modification le 7 janvier 2022.

Par Michel Thébault

SOURCES : SHD Caen AVCC Cote AC 21 P 387589 (nc) — Arch. Dép. Deux-Sèvres (état civil, registre matricule) — Marc Bergère Une société en épuration, Épuration vécue et perçue en Maine-et-Loire. De la Libération au début des années 50. Éditeur Presses Universitaires de Rennes. 2004 — Augustin Girouard Le Charnier de Saumur Société des Lettres, Sciences et Arts du Saumurois tome n° 96 Janvier 1947, pages 63 à 71 — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément