CHERRIER Fernand, Paul

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 30 juillet 1917 à Flin (Meurthe-et-Moselle), exécuté sommairement le 17 septembre 1944 à Bertrichamps (Meurthe-et-Moselle) ; boucher ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fernand Cherrier était le fils de Georges Charles Eugène Cherrier, débitant, et de Jeanne Émilie Charbonnier, sans profession. Il était domicilié à Azerailles (Meurthe-et-Moselle) et marié avec Simone Laure Bigol, sans profession, qu’il avait épousée le 22 janvier 1944 à Ogéviller (Meurthe-et-Moselle).
Il exerçait la profession de boucher.
Il entra dans la Résistance au Secteur FFI 416 de Lunéville, où ses services furent homologués du 1er juin au 16 septembre 1944.
Il a été fusillé le 17 septembre 1944 à Bertrichamps (Meurthe-et-Moselle). Son corps ne fut retrouvé que le 2 mars 1945 à dix heures au lieu-dit "Carrières de Chaumont".
L’acte de décès fut dressé le 20 mars 1945 sur la déclaration d’Auguste Colin, 64 ans, cordonnier, domicilié à Bertrichamps.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué soldat des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) par décision de la commission d’homologation des grades FFI du 20 mai 1947.
Son nom figure sur le monument aux morts d’Azerailles et sur la stèle commémorative 1939-1945, à Bertrichamps.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244712, notice CHERRIER Fernand, Paul par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 7 janvier 2022, dernière modification le 7 janvier 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, SHD, Vincennes, GR 16 P 126656 (nc) et GR 19 P 54/9 pages 6 et 100.— Mémorial Genweb.— Geneanet.— État civil (acte de décès n° 7).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément