BOURDAT Gaston, Alphonse

Par Jean-Luc Marquer

Né le 21 juin 1921 à Thodure (Isère), mort au combat le 29 août 1944 à Pajay (Isère) ; résistant homologué soldat des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Gaston, Alphonse Bourdat était le fils de Régis, Émile Bourdat et de Marie-Thérèse, Joséphine Laurencin, son épouse.
Célibataire, il habitait hameau de la Plaine à Thodure (Isère), probablement avec ses parents.
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit les rangs du secteur 7 de l’AS-Isère ou du bataillon Rémy relevant de ce secteur.
Ses services sont homologués à partir du 1er juin 1944.
Il semble qu’il ait rejoint par la suite le maquis de Chambarand, secteur 3 de l’AS-Isère.
Fin août 1944, les troupes allemandes se replièrent à partir de la vallée du Rhône en direction de Chambéry (Savoie). Elles furent régulièrement attaquées par des groupes de résistants. C’est au cours de l’une de ces attaques que, le 29 août 1944 à 19 heures, au lieu-dit "Les Roches de Pajay" à Pajay (Isère), une commune voisine de Thodure, Gaston Bourdat trouva la mort.
Le corps fut transporté dans une dépendance de la mairie de Pajay où le décès fut constaté par le maire de la commune.
Gaston Bourdat obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué résistant, soldat des forces françaises de l’Intérieur (FFI).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Thodure et sur le monument commémoratif du camp de Chambarand, à Viriville (Isère).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244735, notice BOURDAT Gaston, Alphonse par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 8 janvier 2022, dernière modification le 8 janvier 2022.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 30544 (nc). — SHD, Vincennes, GR 16 P 81139 (nc) et GR 19 P 38/14, p. 4. — Mémoire des hommes. — Mémorial GenWeb. — État civil (décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément