BLOT Georges Charles

Par Daniel Grason

Né le 21 juillet 1904 à Paris (XIIIe arr.), mort le 11 août 1965 à Montigny (Oise) ; frappeur, égoutier à Ville de Paris ; communiste ; résistant ; emprisonné en Allemagne.

Fils de Raoul Eugène Gontran, quarante-neuf ans, tanneur et d’Hélène Augustine Anne Maheu, quarante ans, cuisinière, Georges Blot épousa en mairie du XIIIe arrondissement le 22 décembre 1923 Germaine Eugénie Queffelec, émailleuse, née le 28 novembre 1902 en mairie du XIIIe arrondissement. Georges et Germaine eurent comme témoins Maurice Blot, égoutier et Jeanne Queffelec, déformeuse.
Le couple eut deux enfants et vécut en 1930 au 7 boulevard Arago à Paris (XIIIe arr.), il fut embauché le 12 août 1929 à la ville de Paris comme égoutier. Avant la guerre il avait été membre du Parti communiste organisé aux 5ème et 13ème sections de la région Paris Ville du Parti communiste. Il fut également adhérent au syndicat unitaire des égoutiers et membre du Secours rouge international (SRI).
Il participa à une tentative de manifestation organisée par le Parti communiste le 18 janvier 1934 place de l’Opéra à Paris. Il vivait alors avec sa famille au 4 rue du Docteur Leray à Paris (XIIIe arr.).
Georges Blot récupérait des armes dans les égouts depuis décembre 1940, il les entreposait dans un dépôt souterrain au 5 rue Vésale à Paris (Ve arr.). Ses collègues Petit, Huet, Kehr et Priou participaient aussi à la collecte. Il fut interpellé par la police allemande le 3 novembre 1941.
Incarcéré à la prison du Cherche Midi administrée par les allemands, le 8 novembre 1941, il comparut devant le Tribunal militaire allemand qui siégeait rue Boissy-d’Anglas à Paris VIIIe arrondissement. Condamné à mort, gracié, mais devant effectuer une peine de travaux forcés, il fut transféré en Allemagne où il a été emprisonné à Rheinbach, puis à Ludwigsburg près de Stuttgart. Libéré le 20 avril 1945, Georges Blot a été rapatrié.
Au moment de son arrestation, il n’était affilié ni à un parti ni à un mouvement de résistance. Il fit valoir ses intentions patriotiques auprès du Front national d’obédience communiste. Une attestation certifiant son engagement dans la résistance lui a été délivrée pour la période du 3 novembre 1941 au 23 mai 1945.
Georges Blot a été homologué au titre de la Résistance intérieure française (RIF), et Déporté interné résistant (RIF).
Il mourut le 11 août 1965 à l’âge de 61 ans à Montigny (Oise).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244736, notice BLOT Georges Charles par Daniel Grason, version mise en ligne le 7 janvier 2022, dernière modification le 7 janvier 2022.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. 77 W 281-61177 (transmis par Gilles Morin). – Bureau Résistance GR 16 P 65505. – État civil numérisé Paris XIIIe arr. acte de naissance 13N 172, n° 1130, acte de mariage 13M 272, n° 2060. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément