BUCHAUD Léontine, Louise née FOURNIER

Par Daniel Grason

Née le 13 avril 1906 à Paris (XIVe arr.), morte le 29 août 1967 à Malakoff (Hauts-de-Seine) ; pointeuse d’atelier, employée de bureau ; déportée.

Fille d’Antoine, quarante-cinq ans, chaudronnier et de Marie Josèphe Matheuwezen, quarante-et-un-ans, journalière, Léontine Fournier, épousa le 25 juillet 1925 en mairie du XIIIe arrondissement Marcel Gabriel Buchaud, mouleur, domicilié à Malakoff (Seine, Hauts-de-Seine). Ils eurent comme témoins un mouleur et une papetière.
Veuve, elle vivait 89 avenue Pierre Larousse à Malakoff (Seine, Hauts-de-Seine). Elle était mère de deux enfants Gérard Marius dix-sept ans et Gérard Victor quatorze ans.
La chute de son ami Alfred Mariette interpellé le 10 février 1943 gare Saint-Lazare, par cinq inspecteurs de la BS2 des Renseignements généraux précéda la sienne. Elle fut arrêtée le 11 février 1943 à 9 heures à son domicile par trois inspecteurs de la BS2 des Renseignements généraux, ainsi que son fils Gilbert âgé de dix-huit ans.
Tous deux ont été emmenés dans les locaux des Brigades spéciales à la Préfecture de police, ils y restèrent onze jours. Livrés aux allemands, ils ont été incarcérés à la prison de Fresnes.
Son fils a été déporté le à Mauthausen en Autriche, quant à son ami Alfred Mariette, il a été déporté le 8 juillet 1943 à Natzweiler en Alsace, étiqueté "NN" Nacht und Nebel (Nuit et Brouillard), ce qui signifiait condamner à disparaître sans laisser de traces. Cette expression avait été empruntée par Hitler au livret de l’Or du Rhin de Richard Wagner. Il mourut le 13 août 1943, trente-trois jours après son arrivée.
Le 31 janvier 1944 Léontine Buchaud était dans le convoi de 959 femmes à destination de Ravensbrück (Allemagne). Elle fut affectée au kommando de travail de Zwodau à quelques kilomètres de Karlsbad dans le Bade-Wurtenberg, les détenues travaillaient pour la firme Siemens.
Elle témoigna le 27 juin 1945 devant les membres de la commission rogatoire qui examinait l’activité d’un des trois inspecteurs qui l’interpella. Elle porta plainte contre eux, considérant qu’ils étaient les responsables de la mort de son ami Alfred Mariette.
Elle précisa : « Mon fils et moi n’avons pas été victimes de sévices pendant mon séjour aux Brigades spéciales, cependant, il n’en a pas été de même pour mon ami, je l’ai vu dans les couloirs des Brigades spéciales, il portait des traces de coups sur tout le corps, les gardiens de la paix préposés à sa garde étaient obligés de le soutenir car il pouvait à peine marcher ».
Elle déposa plainte contre les inspecteurs qui l’arrêtèrent ainsi que son fils et son ami Alfred Mariette.
Elle mourut à l’âge de 61 ans, le 29 août 1967 à Malakoff (Hauts-de-Seine).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244750, notice BUCHAUD Léontine, Louise née FOURNIER par Daniel Grason, version mise en ligne le 8 janvier 2022, dernière modification le 8 janvier 2022.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. BS2 carton 41, transmis par Gérard Larue, 77 W 3113-293378, KB 25. – Acte de naissance Paris XIVe arrondissement 14 N 388 acte 3332, Acte de mariage Paris XIIIe arrondissement 13 M 277 acte n° 1148. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément