LAVERGNE Georges

Par Eric Panthou

Né le 16 juillet 1921 à Paris (ex Seine, XI° arr.), mort en action le 23 juin 1944 à Figeac (Lot) ; gendarme ; résistant au sein des FFI, AS Vény.

En 1944, Georges Lavergne était gendarme, domicilié à Figeac, 6 rue de Colomb. Il était célibataire. Membre de la Résistance, il était rattaché au maquis de Montredon (Lot).
Le 23 juin 1944, un groupe de jeunes maquisards des commandos Hubert fut encerclé au lieu-dit Lavayssière, commune de Figeac (Lot) par des troupes allemandes après après avoir dynamité le poste d’aiguillage du Soulié à Capdenac-Gare (Aveyron), sur la ligne de chemin de fer se dirigeant vers Cahors (Lot) et Brive (Corrèze). Arrivé sur le plateau séparant les deux villes distantes de 10 km, au lieu-dit Lavayssière, les Allemands surprirent les maquisards en sortant du tunnel de Capdenac. Vingt-et-un maquisards furent tués à Lavayssière et onze furent faits prisonniers dont sept fusillés le soir même près du crassier de Capdenac-Gare (Aveyron).
Les maquisards auraient été dénoncés par un chef d’entreprise qui habitait Capdenac le Haut, juste au-dessus de Lavayssière.
A l’initiative de l’abbé Barbier, curé de Bagnac très engagé dans le maquis, les corps des 8 victimes sont transférés puis inhumés solennellement à Bagnac aux abords du cimetière. Le 8 septembre suivant, cinq maquisards tombés à Lavayssière et originaires ou résidants à Figeac sont exhumés et enterrés solennellement au cimetière de Figeac accompagnées d’un important cortège et des honneurs militaires. Plusieurs clichés conservés notamment au musée de la résistance de Cahors témoignent de ces derniers évènements.

Georges Lavergne figure parmi les victimes tuées à Lavayssière. Possiblement réfractaire au STO, réfugié dans le Massif central, il avait probablement un lien avec le Cantal puisque son nom figure sur la liste nominative des tués, fusillés, déportés non rentrés du département du Cantal. Le nom de Georges Lavergne figure sur le monument aux Morts de Glénat, dans le Cantal, à une quinzaine de kilomètres de Figeac.

Il a été reconnu « Mort pour la France » et homologué soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI). Il ne figure pas sur la liste nominative des membres du maquis Montredon.

Il fut inhumé à Bagnac-sur-Célé (Lot) le 25 juin 1944, ses obsèques solennelles ayant lieu ensuite à Figeac.

Son nom figure sur le monument aux Morts de Figeac ainsi que sur la stèle commémorative du combat de Lavayssière. Son acte de naissance n’a pas été trouvé dans le XI° arrondissement ni dans le XVII° où il serait né selon une autre source.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244753, notice LAVERGNE Georges par Eric Panthou, version mise en ligne le 8 janvier 2022, dernière modification le 30 avril 2022.

Par Eric Panthou

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 70207, dossier Georges Lavergne (nc). — SHD Vincennes, GR 16 P 344261, dossier résistant pour Georges Lavergne (nc). — SHD Vincennes, GR 19 P 15/1 : liste nominative des tués, fusillés, déportés non rentrés du département du Cantal, dressée en 1947. — Résistance en Bas-Rouergue : 1939-1945. 23 juin la tragédie de Lavayssière-Capdenac. — Mémorialgenweb. — Compléments par service historique mairie de Figeac. — État civil Figeac.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément