LARTISANT Camille, Ludovic

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 31 mars 1910 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), exécuté sommairement le 16 septembre 1944 à Tomblaine (Meurthe-et-Moselle) ; manœuvre ; résistant ?

Camille Lartisant était le fils de Ludovic Lartisant et de Marthe Anna Paysan. Il était célibataire et domicilié rue de Landerneau, à Tomblaine, chez son père qui était veuf. Il exerçait le métier de manœuvre.
Il est considéré comme victime civile par le Mémorial genweb mais il possède un dossier au SHD Vincennes qui ne mentionne pas d’homologation. Il s’agira de le consulter pour savoir si Camille Lartisant faisait ou non partie de la Résistance.
Le 16 septembre 1944, alors qu’il se rendait peut-être à son travail, il fut arrêté par les Allemands et exécuté immédiatement vers huit heures du matin. Son corps fut retrouvé au niveau du 93 boulevard Jean-Jaurès avec celui de Prosper Barroyer et son décès constaté à dix heures.
L’acte de décès fut dressé le 6 décembre 1944 sur la déclaration de Émilie Jobas, épouse Simon, sans profession, domiciliée rue de Landerneau, à Tomblaine. Il ne comporte pas la mention « Mort pour la France ».
Il est enterré dans le carré militaire du cimetière de Nancy-Sud, tombe 1209, avec le nom Lartisan.
La base de données des sépultures de guerre, consultée sur le site Mémoire des hommes, indique une mention « Mort pour la France ».
Son nom figure sur le monument aux morts, à Tomblaine (Meurthe-et-Moselle).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244757, notice LARTISANT Camille, Ludovic par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 9 janvier 2022, dernière modification le 9 janvier 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, SHD, Vincennes, GR 16 P 339889 sans homologation (nc).— Mémoire des hommes.— Mémorial genweb.— État civil (acte de décès n° 45).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément