CHARON Joseph, Victor

Par Annie Pennetier

Né le 17 juin 1908 à Les Ponts-de-Cé (Maine-et-Loire) massacré le 10 août 1944 à Les Ponts-de-Cé ; infirmier ; victime civile.

Fils de François Charon et de Albertine Bernier, Joseph Charon était marié à Marie Gaurion. Le couple était domicilié aux Ponts-de-Cé dans le quartier de la Copardière.
Cette commune située au sud de l’agglomération d’Angers et traversée par la Loire était un passage obligé pour la retraite des unités allemandes vers l’est face à l’avancée des unités de la IIIe Armée américaine commandée par le général Patton qui venait de libérer Rennes, puis Laval le 4 août et les environs d’Angers le 7 août, la ville trois jours plus tard. Cependant l’armée alliée ne franchit pas le fleuve, confiant la sécurité de son flanc droit aux forces des FFI. Des unités allemandes en position défensive sur la rive sud du fleuve eurent l’ordre de s’y maintenir afin de protéger le repli général des forces du sud-ouest. Les Ponts-de-Cé furent sous le feu des assaillants du 8 août jusqu’au 20 août 1944 et de nombreux civils y furent abattus par des patrouilles allemandes dont Joseph Charon le 10 août 1944 après-midi rue du Commandant Bourgeois alors qu’il allait porter secours au jeune Paul Basset qui venait d’être blessé mortellement d’une balle de revolver par une patrouille allemande.
Il a été inhumé dans le cimetière de Sainte-Maurille.

Reconnu « Mort pour la « France » le 22 mai 1946, son nom est inscrit sur le monument aux morts et sur la plaque commémorative de l’église Saint-Maurille aux Ponts-de-Cé.

Les Ponts-de-Cé (Maine-et-Loire), 8 au 20 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244819, notice CHARON Joseph, Victor par Annie Pennetier, version mise en ligne le 13 janvier 2022, dernière modification le 13 janvier 2022.

Par Annie Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Maine-et-Loire, 181 J 50. — SHD AVCC, Caen, 21 P 324357. — Mémorial Genweb. — Note Michel Thébault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément