AGARANT Marcel parfois écrit ACARANT

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 14 février 1911 à Malzéville (Meurthe-et-Moselle), disparu le 22 août 1944 à Longuyon (Meurthe-et-Moselle) et probablement mort sous la torture ou exécuté sommairement le 25 août 1944 à Schirmeck (Bas-Rhin) ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) homologué DIR.

Marcel Agarant était le fils de d’Émile Jean Baptiste Agarant et de Maria Juliette Sidonie Dautel. Il était marié avec Pascaline Eugénie Becker, dont il avait un enfant. Il était sous-officier d’active et domicilié 48 rue Docteur-Chont, à Longuyon (Meurthe-et-Moselle) selon le GR 19 P ou 19 rue de Metz selon le jugement de décès.
Il entra dans la Résistance aux FFI de Meurthe-et-Moselle, secteur de Briey, bataillon Cosson, groupe de Longuyon (maquis Hennequin), où ses services furent homologués du 1er juillet au 23 août 1944.
Il fut arrêté par les Allemands, sans doute le 22 août 1944, et torturé à l’école communale à Longuyon. Il décéda officiellement le 25 août 1944 à Schirmeck, selon un jugement rendu par le Tribunal civil de première instance de Briey le 26 septembre 1946. On peut penser qu’il mourut des suites des tortures endurées dès son arrivée au camp de Schirmeck. Pour le confirmer la consultation du dossier du SHD sera nécessaire.
Le jugement a été transcrit sur les registres de la mairie de Longuyon le 15 octobre 1946 et en marge de l’acte de naissance.
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur l’acte de décès le 24 avril 1947 et la mention « Mort en déportation » le 2 novembre 1992 ainsi que le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR) et fut homologué au grade de sergent-chef des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) (mention additive et rectificative du 9 juin 1950).
Il reçut à titre posthume la Médaille de la Résistance par décret du 4 octobre 1954 publié au JO le 14 novembre 1954.
Son nom figure sur le monument aux morts et la plaque commémorative apposée sur la façade de l’école communale place du général Leclerc, à Longuyon qui porte la mention : "Dans cette école les 24 et 25 Août 1944 les Allemands ont torturé le Sergent Chef F.F.I. Marcel Acarant Mort pour la France".

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244852, notice AGARANT Marcel parfois écrit ACARANT par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 14 janvier 2022, dernière modification le 14 janvier 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, SHD, Vincennes, GR 16 P 3652 (nc) et GR 19 P 54/5, pages 3, 78, 149, 152, 232 et 237.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil (transcription à Longuyon du jugement de décès, acte n° 51).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément