BRISSON Honoré, Joseph

Par Jacques Girault, Julien Veyret

Né le 16 mai 1902 à Charrin (Nièvre), mort le 1er octobre 1977 à Nevers (Nièvre) ; instituteur, professeur adjoint, secrétaire puis inspecteur de l’orientation professionnelle ; militant syndicaliste (SNET).

Fils d’Antoine Brisson, journalier devenu exploitant agricole, et d’Antoinette Thomas, sans profession, Honoré Brisson fut élève de l’École normale d’instituteurs d’Auxerre (Yonne) de 1918 à 1921. Titulaire du brevet supérieur, il poursuivit sa scolarité à l’ENI de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) pendant deux années, en section scientifique. Après avoir été nommé instituteur adjoint, délégué à l’école primaire supérieure de Toucy (Yonne), il effectua son service militaire à partir de novembre 1924, d’abord à l’école des officiers de réserve d’artillerie de Poitiers (Vienne) puis comme sous-lieutenant dans un régiment du train des équipages à Strasbourg. Il obtint la première partie du certificat d’aptitude au professorat des écoles normales d’instituteurs et des EPS et échoua à la deuxième partie en 1926.

Démobilisé, Honoré Brisson reprit son poste à l’EPS de Toucy. Devenu professeur adjoint en 1929 dans cet établissement, il y enseigna jusqu’à sa suppression en 1934. Il fut alors nommé à l’EPS de La Charité-sur-Loire (Nièvre). Il avait épousé, le 3 août 1927, Marthe, Andrée Roulet, sans profession, fille de cultivateurs. Le couple eut trois enfants.

Mobilisé comme lieutenant dans le train des équipages au début de la guerre, promu capitaine en avril 1940, il fut fait prisonnier le 22 juin 1940, et resta en captivité (Oflag XVIIA) jusqu’au 21 mai 1945.

Honoré Brisson reprit son poste en 1945 et fut muté comme chargé d’enseignement scientifique au collège moderne et technique de Nevers (Nièvre) à la rentrée d’octobre 1947, où il enseignait la physique, la chimie et l’électricité dans les classes des sections techniques. Sa famille habitait à Nevers, 34 rue des Perrières.

En 1948, il fut nommé secrétaire au centre public d’orientation professionnelle à Dijon (Côte d’Or) et fut intégré en mai 1952, dans le nouveau corps du personnel technique et administratif des centres publics d’orientation professionnelle créé cette même année. À ce titre, syndiqué au Syndicat national de l’enseignement technique, il fut élu en 1948, suppléant à la 10e commission administrative paritaire nationale du personnel administratif des inspections de l’enseignement technique, puis en 1952, à la 2e CAPN des inspecteurs de l’enseignement technique et secrétaires d’orientation professionnelle (96 voix sur 110 votants et 106 exprimés, moins bien élu, les 5 autres obtenant au moins 100 voix).

Honoré Brisson fut probablement intégré dans le corps des certifiés en 1955. Il n’était plus candidat à aucune CAPN aux élections de 1957. On le retrouva en 1960, candidat, probablement élu, à la CAPN des inspecteurs et secrétaires d’orientation professionnelle, sans doute intégré dans la catégorie des inspecteurs de l’OP.

Il prit sa retraite à la fin de l’année scolaire 1961-1962.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article244865, notice BRISSON Honoré, Joseph par Jacques Girault, Julien Veyret, version mise en ligne le 13 janvier 2022, dernière modification le 13 janvier 2022.

Par Jacques Girault, Julien Veyret

SOURCES : Arch. Nat., 17/27935. — Le Travailleur de l’enseignement technique.— JO, 14 février 1925, 9 août 1934, 27 avril 1940. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément