MATHY Joseph, Émile

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 7 mai 1875 à Liverdun (Meurthe-et-Moselle), mort en action le 8 septembre 1944 à Villey-le-Sec (Meurthe-et-Moselle) ; aubergiste ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Joseph Mathy était le fils de Laurent, chef carrier et de Magdeleine Schmitt, sans profession. Il se maria le 17 avril 1901 à Écrouves (Meurthe-et-Moselle) avec Marie Catherine Remy, âgée de 26 ans, sans profession. Il en eut trois enfants, Madeleine née en 1902, Pierre en 1909 et Raymond en 1913. Il était domicilié avec sa famille à Écrouves et exerçait le métier d’aubergiste.
Avant son incorporation au service militaire, il exerçait le métier de maréchal-ferrant. Il fut incorporé le 16 novembre 1896 au 8e régiment de dragons. Il fut mis en congé le 20 septembre 1899 en attendant son passage dans la réserve. Il passa au 153e régiment de ligne comme conducteur d’équipage le 11 février 1905.
Il fut rappelé à l’activité le 2 août 1914 lors de la mobilisation générale et passa au 11e régiment d’artillerie à pied le 24 décembre 1917 puis au 13e régiment d’artillerie de campagne le 10 mars 1918. Il fut détaché le 27 octobre 1918 à l’usine Vermot Chatenois, à Belfort (Territoire-de-Belfort) et affecté le dit jour au 47e régiment d’artillerie. Il fut dirigé sur le dépôt démobilisateur du 8e régiment d’artillerie de campagne et mis en congé illimité de démobilisation le 13 mai 1919. Il se retira alors à Écrouves, route de Paris et repris son métier de restaurateur. Il fut affecté dans les réserves au 69e d’infanterie le 15 juillet 1921 et au dépôt du 8e régiment d’artillerie et de l’artillerie de la 3e division légère le 15 mai 1924.
En 1931, il était recensé comme cafetier et en 1936 sans profession. Il avait donc sans doute pris sa retraite entre les deux.
Malgré son âge, il entra très tôt dans la Résistance sur le secteur de Toul où il fut homologué dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI) de Meurthe-et-Moselle du 15 janvier 1943 au 6 septembre 1944.
Fin août-début septembre, les Allemands s’accrochaient depuis plusieurs semaines à Villey-le-Sec (Meurthe-et-Moselle). Quatre cents hommes sous les ordres du major Kintz occupaient ce point d’appui qu’ils défendirent avec acharnement, face aux Américains dont les batteries étaient toutes proches. Ils semèrent la terreur et la désolation parmi la population. Les villageois vivaient dans les caves. Ils ne pouvaient en sortir sauf une heure par jour de 7 à 8 heures et encore devaient-ils prévoir de se terrer avant car les rafales partaient vite.
Entre temps des maisons furent pillées, des chevaux volés, des vaches abattues sans aucune raison car elles restaient abandonnées sur place. L’artillerie américaine pilonnait les positions allemandes.
Joseph Mathy fut tué au combat le 6 septembre 1944 selon MdH. Cinq personnes dont le maire du village furent assassinées par les nazis ce jour-là. Le major Kintz ne voulant plus entendre les cloches des villages célébrant la libération fit dynamiter l’église. En outre onze maisons furent volontairement incendiées.
Joseph Mathy obtint la mention « Mort pour la France » selon MdH, MGW n’ayant pas d’information et il fut homologué soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Écrouves (Meurthe-et-Moselle).


Voir Villey-le-Sec (Meurthe-et-Moselle), 6 et 7 septembre 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article245063, notice MATHY Joseph, Émile par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 23 janvier 2022, dernière modification le 23 janvier 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, Vincennes, AVCC, Caen, AC 21 P 87818 (nc) ; SHD, Vincennes, GR 16 P 403899 (nc) et GR 19 P 54/2 page 10.— Blog de la commune de Villey-le-Sec 2021/2022 Une journée terrible de 1944 par Danièle Uriot.— Mémoire des hommes.— Mémorial Genweb.— Registres matricules militaires 1 R 1299 année 1895 n° 343.— Recensements de population 6 M 33/172 année 1921 à 1936.— État civil 2 E 317/8 (acte de naissance) et 2 E 172/8 (acte de mariage).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément