LABORIE Dominique, Jean, Étienne

Par Michel Gorand

Né le 6 septembre 1952 à Juvisy-sur-Orge (Seine-et-Oise, Essonne) ; cheminot ; syndicaliste CFDT, délégué du personnel du collège maîtrise (1978-1989) , secrétaire général UPR de Toulouse (1983-1987) , délégué du collège maîtrise au CER de Toulouse (1985-1989) , délégué du personnel collège cadres (1994-1996) , membre du CESR Midi-Pyrénées (1995-2003) ; militant de la LCR (1974-1985).

Fils de Noël Laborie, cheminot et de Madeleine Renault, institutrice. Dominique Laborie obtint, après le baccalauréat, un diplôme universitaire de technologie en génie civil. Après avoir effectué son service militaire au 10ème régiment du génie à Speyer (Allemagne) de décembre 1973 à novembre 1974, il entra à la SNCF, en janvier 1975, à la Division de l’Équipement de Toulouse, au service des études générales comme attaché groupe V.

Jean Lahouze lui proposa d’adhérer à la CFDT ce qu’il fit au printemps 1975, au syndicat des cheminots CFDT de Toulouse et milita dans la section syndicale locale des divisions régionales.

Responsable des agents de maitrise et des cadres, il siégea dans l’équipe de l’Union professionnelle régionale (UPR) des cheminots CFDT de Toulouse (Haute-Garonne) dès 1978, le secrétaire général étant Jean-François Feugère.

Lors des élections professionnelles de février 1978, il fut élu délégué du personnel maîtrise et fut constamment réélu jusqu’en décembre 1987. De 1979 à 1982, il siégea au conseil de l’Union départementale de Haute-Garonne dont le secrétaire général était Guy Prince.

Dominique Laborie fut élu secrétaire général de l’UPR de Toulouse en octobre 1983 et le demeura jusqu’en juin 1987 ; il succéda à Gérard Ruiz-Ballesteros et passa le relai à Michel Vanhove. Lors des élections professionnelles d’octobre 1985, il fut élu Maîtrise au Comité d’Entreprise régional (CER) de Toulouse, puis réélu lors des élections d’octobre 1987.

Promu cadre au service de l’Équipement en janvier 1993, il fut élu délégué du personnel au sein du collège cadre lors des élections professionnelles de mars 1994. Il fut désigné par l’URI (Union régionale interprofessionnelle) - CFDT pour siéger au Conseil économique et social de la région Midi-Pyrénées de 1995 à 2003.

Suite à l’assemblée générale extraordinaire, du 6 novembre 2003, des syndicats de cheminots CFDT, dont 50% décidèrent, dans une motion de « quitter la CFDT » suite aux désaccords avec la Confédération sur la réforme des retraites de mai 2003, il quitta la CFDT.

Dominique Laborie prit sa retraite en octobre 2007. Il reprit sa carte à la CFDT en 2009 et participe, depuis cette date, aux réunions mensuelles des retraités de la Fédération générale des Transports et de l’Équipement (FGTE-CFDT) à Toulouse.

Il fut adhérent de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) de 1974 à 1985. Il fut dirigeant au Club masculin du handball de Toulouse de 2004 à 2016.

Marié, il eut deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article245216, notice LABORIE Dominique, Jean, Étienne par Michel Gorand, version mise en ligne le 30 janvier 2022, dernière modification le 7 avril 2022.

Par Michel Gorand

SOURCE : Correspondances 2022 avec l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément