BONDU Bernard, Gérard, Jacques

Par Michel Gorand

Né le 6 mars 1954 à Nantes (Loire-Atlantique) ; cheminot ; syndicaliste CFDT puis CGT ; élu CFDT au CME de Nantes (1978-1981) ; secrétaire général de l’UPR des cheminots CFDT de Nantes (1983-1984) ; membre du secrétariat national des cheminots CFDT (1989-2003) ; animateur du GTN des contrôleurs de route (1986-2003) ; secrétaire général de l’Union régionale CGT des transports des Pays de Loire (2009-2015).

Fils de François Bondu, ouvrier métallurgiste et d’Andrée Le Rable, Bernard Bondu fit des études secondaires. A partir de 1971, il travailla pendant les vacances d’été dans une entreprise de métallurgie. Il fit, ensuite, deux années de grand séminaire (1974-1976). À partir d’août 1976, il effectua son service militaire d’un an dans un régiment d’artillerie.

Il entra à la SNCF au Service des trains, à Nantes (Loire-Atlantique), le 1er novembre 1977 comme agent de train, puis après formation et réussite de l’examen, il fut promu « contrôleur » en mars 1979, et fit toute sa carrière dans cette filière.
Par ailleurs il adhéra au syndicat des cheminots CFDT de Nantes au 1er janvier 1978 et, lors des élections professionnelles de février 1978, il fut élu au comité mixte (CME) local des agents de trains et contrôleurs de Nantes. Dès 1979, il devint membre du bureau de l’Union professionnelle régionale (UPR) des cheminots CFDT de la région de Nantes et représenta la CFDT au comité mixte professionnel régional (CMPR) de Nantes. Il devint secrétaire général de l’UPR des cheminots CFDT de Nantes en 1983, en remplacement de Francis Denis et le demeura jusqu’à 1984.

En 1985, il participa à la création du syndicat interdépartemental CFDT des Transports de Loire-Atlantique et de Vendée, syndicat qui regroupa les routiers, les cheminots, les agents de l’Équipement et les personnels des services aériens et il en fut élu trésorier dès l’origine.

Après l’assemblée générale des cheminots CFDT d’octobre 1986, Bernard Bondu devint l’animateur du groupe technique national (GTN) des agents de trains et contrôleurs ; il fut élu au secrétariat national (SN) des cheminots CFDT lors de l’assemblée générale des cheminots CFDT des 27 et 28 avril 1989 à Port Leucate (Aude), dont Yves Tasserie était le secrétaire général, et reconduit comme animateur du groupe technique national (GTN) des contrôleurs et agents de trains

Il fut réélu au secrétariat national lors de l’assemblée générale du 27 mai 1993 à Cauterets (Hautes-Pyrénées), dont Bruno Dalberto était le secrétaire général. Bernard Bondu fut également reconduit dans sa responsabilité d’animation du GTN des trains. À cette fonction, il entretint un lien étroit avec les associations d’usagers, la fédération essayant de faire le lien entre les revendications des cheminots en termes de conditions de travail et les aspirations des voyageurs à de meilleures conditions de déplacement.

Lors des élections professionnelles des cheminots du 28 mars 1996, après la création de Sud-rail début 1996, la CFDT, au plan national, perdit 7 points et la région de Nantes demeura la seule où la CFDT dépassait les 30%. Bernard Bondu fut élu au bureau national (nouveau nom du SN), lors de l’assemblée générale des cheminots des 28 et 29 novembre 1996 à Chambéry (Savoie). Bernard Bondu demeura l’animateur du GTN des contrôleurs de trains.

Une grève de trois semaines des contrôleurs de trains eut lieu au début de 1997, laquelle permit d’obtenir une prime de travail revalorisée et « spécifique » ainsi qu’une amélioration du déroulement de carrière par des promotions supplémentaires. Dans le même temps, une direction nationale spécifique « Trains » fut créée. Par ailleurs, Bernard Bondu participa aux négociations nationales à la SNCF pour l’application des 35 heures (loi Aubry de 1998) pendant les premiers mois de 1999. L’accord fut signé le 4 juin par la CFDT et la CGT après consultation des cheminots.

Bernard Bondu fut réélu au bureau national lors de l’assemblée générale des cheminots des 18 et 19 mai 2000 à La-Bresse (Vosges) ; Denis Andlauer était le secrétaire général de l’organisation. Il fut également reconduit comme animateur du GTN des trains. Suite aux agressions répétées dans les trains, contre les contrôleurs, à la fin des années 1990, la CFDT réclama et obtint de la direction, en 2001, que des mesures de prévention et de réparation soient prises ainsi qu’un équipement des trains mieux dimensionné en contrôleurs.

Bernard Bondu participa à l’assemblée générale extraordinaire, du 6 novembre 2003, des syndicats de cheminots CFDT, dont 50% décidèrent, dans une motion de « quitter la CFDT » suite aux désaccords avec la Confédération sur la réforme des retraites de mai 2003.

Il quitta donc la CFDT en novembre 2003 et adhéra à la CGT avec l’ensemble des anciens membres du bureau national CFDT Cheminots. Sensibilisé à la question de l’unité des travailleurs des transports par son activité à la FGTE, il milita à la CGT pour développer la syndicalisation chez les routiers. Dès le 13 décembre 2003, il participa à la création du syndicat départemental des transports CGT de Loire-Atlantique puis, en 2005, à la création de l’Union régionale des Transports CGT des Pays de Loire, dont il fut le trésorier puis le Secrétaire général de 2009 à 2015.

Il prit sa retraite de cheminot en avril 2010, au grade de contrôleur principal.
Marié à Évelyne Gréteau en septembre 1979, ils eurent une fille.

D’autre part, il milita à l’Action catholique en direction des enfants de 1977 à 1981, en étant responsable d’un club d’enfants, puis à l’action catholique ouvrière (ACO) à partir de 1982 et y milite aussi en 2022 ;
Par ailleurs, de 1982 à 2010, il accompagna avec la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) des équipes au travail ou en apprentissage. Depuis 1982 et encore aujourd’hui, il poursuit, avec l’ACO, une activité de soutien à des associations de migrants et aux Restos du Cœur.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article245286, notice BONDU Bernard, Gérard, Jacques par Michel Gorand, version mise en ligne le 1er février 2022, dernière modification le 27 septembre 2022.

Par Michel Gorand

SOURCES : Michel Gorand in L’histoire de la Fédération des cheminots CFTC puis CFDT depuis 1918, Créteil, 2016. — Correspondance avec l’intéressé en 2022.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément