THÉVENON Fernand [Pseudonyme dans la Résistance Robert Robin]

Par Jean-Luc Marquer

Né le 30 octobre 1926 à Tournon (Tournon-sur-Rhône, Ardèche), grièvement blessé au combat le 16 juin 1944 au Pouzin (Ardèche), mort le 24 novembre 1955 à Lyon 3e arr (Rhône, Métropole de Lyon) des suites de blessure ; résistant FTPF.

Fernand Thévenon était le fils de Firmin Thévenon, ouvrier teinturier, et de Marie, Clémentine Charreyre, son épouse.
En 1936, la famille habitait route de Saint-Jean, quartier du pont du Doux à Tournon (Tournon-sur-Rhône, Ardèche).
Fernand Thévenon s’engagea dans la Résistance et rejoignit probablement les rangs de la 7101e compagnie de FTPF de l’Ardèche.
Le 16 juin 1944, il faisait partie d’un détachement de FTPF venu de Lamastre (Ardèche) qui se présenta au dépôt d’essence de la société La Mure au Pouzin (Ardèche), dans l’objectif de s’emparer de carburant. Une opération similaire menée par une autre compagnie de FTPF s’était déroulée sans heurt la semaine précédente. Mais le secret de cette nouvelle opération avait été éventé.
Le dépôt était gardé par des GMR qui refusèrent toute tractation et ouvrirent le feu sur les maquisards. Ils furent rapidement renforcés par des militaires allemands arrivés la veille au Pouzin.
L’attaque tourna au désastre. Quatre résistants moururent au combat, trois blessés furent achevés et sept, faits prisonniers, furent sommairement exécutés, fusillés par les Allemands.
Cinq ou six résistants blessés qui parvinrent à prendre la fuite moururent ultérieurement des suites de blessure. Parmi eux figurait Fernand Thévenon. Atteint par une balle à la tête, il fut reconnu mutilé de guerre à 100 %.
Ses services furent homologués à partir du 13 mai 1944 avec le rang de brigadier-chef.
Après la guerre, célibataire, il habitait à Tournon, Avenue de Lyon.
Il fut décoré de la Médaille militaire et élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur par décret du 25 février 1954 paru au JORF le 6 mars 1954.
Lors de l’enquête de moralité effectuée par les gendarmes, le maire de Tournon indiqua que Fernand Thévenon avait "des sentiments d’extrême gauche".
Il mourut à Lyon 3e arr. (Rhône, Métropole de Lyon) le 24 novembre 1955.
Il obtint la mention « Mort pour la France » par lettre du service des Anciens Combattants du 1er avril 1957.
Son nom figure sur le monument commémoratif du Pouzin et sur le monument aux morts de Tournon-sur-Rhône.
Son frère Eugène, né en 1924, également résistant, fut déporté.


Voir : Le Pouzin, 16 juin 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article245302, notice THÉVENON Fernand [Pseudonyme dans la Résistance Robert Robin] par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 2 février 2022, dernière modification le 12 mai 2022.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 16 P 567678 (nc) — Arch. Dép. Ardèche, Recensement 1936, Tournon-sur-Rhône, 6 M 256, p. 5 et 6. — Mémoire des hommes. — Mémorial GenWeb. — Geneanet. — Musée de la Résistance en ligne. — Divers sites. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément