FRÉVILLE Roger, Victor

Par Claude Pennetier

Né le 3 novembre 1908 à Pierrefitte-sur-Seine (Seine, Seine-Saint-Denis), mort le 15 janvier 1990 à Saint-Denis ; militant communiste de la Seine [Seine-Saint-Denis] ; menuisier ; maire de Pierrefitte-sur-Seine (Seine, Seine-Saint-Denis) de 1945 à 1971.

Le père de Roger Fréville était contremaître à la compagnie industrielle de cartonnerie à Saint-Denis (mécanicien sur l’acte de naissance)et maire adjoint de Pierrefitte, de tendance radicale. Sa mère, « beaucoup plus intelligente » dit-il, titulaire du brevet supérieur, était ménagère (couturière sur l’acte de naissance). Il s’était marié le 27 avril 1933 à Pierrefitte avec Renée Fréville née Javayon, première dans une maison de mode à Paris. Il divorça en février 1966 et se remaria en juin avec Louise Bregniau.

La famille de Fréville comptait des intellectuels comme l’écrivain Charles Parrain.

Roger Fréville fit son apprentissage de menuisier chez Lucas à Saint-Denis en 1923, puis il travailla aux pianos Pleyel, à la Société du gaz de Paris, puis à la STAN à Pierrefitte. Il fit son service militaire comme caporal comptable et suivit une école de sous-officier, mais une sanction pour son comportement antimilitariste l’empêcha d’accéder à ce grade.

Membre de Paix et Liberté depuis 1934, il adhéra au Parti communiste en décembre 1936 après avoir participé activement aux grèves de juin. Il gagna sa femme à ses idées et fut dès 1937 secrétaire de cellule, secrétaire du comité de ville à Pierrefitte en décembre , collaborant avec Ernest Bordas*. Il était président du club sportif affilié à la FSGT.

Maire communiste de Pierrefitte depuis 1945, Roger Fréville fut suspendu en janvier 1951 par la préfecture de la Seine. Six autres maires communistes de la Seine étaient touchés par la même mesure qui sanctionnait des initiatives contre la guerre du Viet-Nam.

Roger Fréville resta maire de Pierrefitte jusqu’en 1971.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24555, notice FRÉVILLE Roger, Victor par Claude Pennetier, version mise en ligne le 14 février 2009, dernière modification le 15 juin 2012.

Par Claude Pennetier

ŒUVRE : Pierrefitte ma ville, Les Éditeurs français réunis, 1976, 252 p.

SOURCES : RGASPI, Moscou, 495 270 2634, autobiographie du 2 août 1938, classé "A1" par la commission des cadres. — L’Humanité, 24 janvier 1951.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément