FROHLICH Paul [Pseudonyme dans la Résistance : Benoît]

Par Odette Hardy-Hémery

Né le 17 mai 1922 à Paulsdorf (Allemagne), fusillé comme otage le 14 avril 1942 à Wambrechies (Nord) ; mineur ; militant communiste et résistant au sein de l’Organisation spéciale de combat (OSC) du Nord.

Les Frohlich étaient des mineurs polonais originaires de Silésie. Le père et les deux fils travaillaient sous l’Occupation à la fosse Lagrange de la Compagnie des mines d’Anzin. Paul Frohlich, le fils aîné, était naturalisé français. La famille habitait à Escautpont, près de la frontière belge.
Paul Frohlich avait adhéré dès l’âge de treize ans aux Jeunesses communistes. Membre de l’Organisation spéciale et de sa branche MOI dès juillet 1940, il récupéra de la dynamite le 15 août 1941 à la fosse Lagrange avec l’équipe de Félicien Joly, puis, au début de septembre, à la fosse Saint-Pierre des mines de Thivencelles avec Eusebio Ferrari et les frères Tadeusz Cichy (dit Jean Pawlowski) et Joseph Cichy. Après l’arrestation de Sandos Serediak à Bruay-sur-Escaut le 12 septembre 1941, Paul Frohlich passa dans la clandestinité et devint « Benoît », ancien pseudonyme d’Eusebio Ferrari.
Paul Frohlich participa à de nombreuses actions spectaculaires : sabotage de l’usine Disticoke à Lourches avec Eusebio Ferrari, Lunazzi, Jean Dubois et Belloci, rafle le 7 novembre 1941 avec Eusebio Ferrari et René Denys de tickets de ravitaillement et d’une machine à écrire à la mairie d’Erre, localité contiguë de Somain, et à Fenain ; le 8 novembre 1941, extraordinaire sabotage en plein jour par trois groupes de partisans, vingt et un au total, dirigés par Eusebio Ferrari, de la centrale électrique de Dechy des mines d’Aniche, en fait située sur le territoire de Sin-le-Noble, centrale mise hors de service pendant plus d’une semaine ; le 16 novembre, sabotage au pont de Bellevue du câble électrique alimentant l’usine de Fives-Lille ; rafle le 22 novembre en mairie de Fenain de feuilles de ravitaillement et d’une machine à écrire.
« Benoît » fut capturé le 12 décembre 1941 dans un café de Waziers où il attendait René Denys et Tadeusz Cichy. Un vol avait été commis à la caisse d’épargne de la localité, à l’insu de l’Organisation spéciale. Paul Frohlich, appréhendé, dégaina. Assommé, il ne put être délivré malgré une tentative de René Denys. Livré à la Gestapo, il devait être fusillé comme otage à dix-neuf ans avec trente-quatre compagnons, le 14 avril 1942, au fort du Vert-Galant en représailles à des attentats commis dans le Pas-de-Calais contre la cantine de la Wehrmacht à Bruay-en-Artois le 9 avril 1942 et contre la vie des sentinelles allemandes dans la nuit du 11 au 12 avril 1942 à Lens et à Méricourt.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24562, notice FROHLICH Paul [Pseudonyme dans la Résistance : Benoît] par Odette Hardy-Hémery, version mise en ligne le 15 février 2009, dernière modification le 29 octobre 2020.

Par Odette Hardy-Hémery

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Arch. Musée de la Résistance de Denain. – André Pierrart, Michel Rousseau, Eusebio Ferrari à l’aube de la résistance armée, Éd. Syros, 1980.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément