FLOSSEAUX Marcel, Joseph

Par Claude Pennetier

Né le 28 octobre 1907 à Paris (VIe arr.), fusillé comme otage le 11 août 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; employé à l’hospice de Bicêtre ; militant communiste de Paris.

Marcel Flosseaux habitait dans le XIIIe arrondissement de Paris. Employé de l’Assistance publique de Paris, il militait au Parti communiste et au mouvement Paix et Liberté à l’époque du Front populaire.
La police trouva son nom sur une liste saisie chez un militant communiste, membre de l’Organisation spéciale, et l’arrêta le 26 (ou le 23) juin 1942. Marcel Flosseaux déclara avoir été membre du Parti communiste de 1936 à 1938 sans exercer d’activité dirigeante. Sollicité par René Diot pour faire partie de l’OS, il n’avait pas donné suite. La police ne retint contre lui que l’accusation de « complicité ». Mis à la disposition des autorités allemandes d’occupation, il a été fusillé comme otage le 11 août 1942.
Marcel Flosseaux s’était marié le 14 mars 1936 à Paris (XIVe arr.). Sa femme s’était repliée à Saint-Pierre-de-Fursac (Creuse). Le couple avait deux enfants.
Son nom figure sur le mémorial de la résistance creusoise à Guéret (Creuse).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24567, notice FLOSSEAUX Marcel, Joseph par Claude Pennetier, version mise en ligne le 15 février 2009, dernière modification le 28 octobre 2020.

Par Claude Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen. – Serge Klarsfeld, Le livre des otages, op. cit., p. 148. – État civil, Paris (VIe arr.). — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 226567 (nc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément