Bourlon (Pas-de-Calais) 11 juin 1944

Par Annie Pennetier, Michel Thébault

Le 11 juin 1944, dix résistants FTP du bassin minier du Pas-de-Calais en marche vers un maquis des Ardennes furent tués au combat à Bourlon près de Cambrai.

Début juin 1944, dans le cadre de la mobilisation générale après le débarquement de Normandie, 350 hommes appartenant à des compagnies FTPF composées de résistants du bassin minier du Pas-de-Calais se mirent en marche sur ordre du commandement FFI afin de rejoindre un maquis en cours de création dans les Ardennes. Les Allemands repérèrent rapidement cette vaste opération, des avions de reconnaissance surveillant même les circulations et les rassemblements. Dès le 9 juin, la GFP (« Geheime Feld Polizei" police secrète de campagne) de Lille et d’Arras, avec l’appui d’unités de la Feldgendarmerie mena des actions répressives dispersant les groupes et procédant à de multiples arrestations. Le plus meurtrier des accrochages se produisit trois jours après le départ, dans le bois de Bourlon situé à 6 kilomètres à l’Ouest de Cambrai.

Le 11 juin, s’y étaient regroupés pour une halte provisoire pour la nuit les survivants de la 5e compagnie issue du béthunois, une partie des effectifs de la 16e compagnie et la section d’Annezin-les-Béthune. Pratiquement encerclé par les troupes allemandes, le capitaine Alfred Coussette d’Annezin, chef du détachement, tenta d’organiser la riposte. Faute de munitions, le combat cessa rapidement et les maquisards tentèrent de s’échapper. L’encerclement n’étant pas totalement accompli, les maquisards eurent une issue et certains purent fuir à travers champs par le chemin de Cambrai, d’autres traversèrent le bois en direction de Fontaine-Notre-Dame, d’autres enfin se réfugièrent dans le village où ils furent cachés par des habitants. Dix résistants furent tués dans l’action. Vingt-deux furent faits prisonniers conduits à Arras dans des camions de l’organisation Todt (vingt seront condamnés à mort après un simulacre de procès le 16 juin par le tribunal militaire OFK 370 d’Arras et fusillés le 18 juin dans les fossés de la citadelle d’Arras ; deux furent déportés, dont l’un Désiré Hannedouche, déporté par le convoi du 1er septembre 1944 au départ de Tourcoing mourut le 28 février 1945 à Bergen-Belsen (Allemagne). Du côté des Allemands, les pertes se montèrent à un officier et vingt-deux soldats tués.

Conformément aux ordres des autorités supérieures allemandes concernant les « terroristes », le commandement imposa au maire l’inhumation immédiate des victimes sans aucune cérémonie. Des jeunes du village de Bourlon furent réquisitionnés par les Allemands pour transporter les corps. Les corps furent d’abord emmenés à la mairie, sur huit d’entre eux, on trouva des papiers qui furent déposés à la Mairie. Pour les deux autres, une description précise des vêtements qu’ils portaient. Le curé vint bénir les corps, puis les accompagna jusqu’au cimetière malgré l’interdiction des Allemands. Selon leurs ordres, il n’y eut pas d’office religieux. Ils furent enterrés dans le cimetière communal dans la plus grande discrétion. Ce n’est qu’en décembre que les corps purent être exhumés, reconnus et les actes de décès établis. Deux corps restèrent non identifiés.
Actuellement, dans le cimetière communal de Bourlon, ne subsiste que la tombe de ces deux inconnus. Les familles des huit autres maquisards ayant récupéré les corps des leurs après la fin de la guerre.

Les victimes de Bourlon :

CASSOTANA André
CAUDRON Florent
CRAMMER Robert
FRANCOIS René
LEROY Édouard
VASSEUR Camille
VASSEUR François
VASSEUR Paul
INCONNU 1
INCONNU 2

Un monument en leur hommage a été érigé à Bourlon en 1949, à l’orée du bois de Bourlon, à proximité de l’entrée du Mémorial canadien avec l’inscription « Résistants Morts en ces lieux le 11 juin 1944 - Bourlon se souvient ». En juin 1984 une plaque indiquant le nom des 10 maquisards fut installée sur le monument. Le monument est toujours l’objet de commémorations.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article245783, notice Bourlon (Pas-de-Calais) 11 juin 1944 par Annie Pennetier, Michel Thébault, version mise en ligne le 23 février 2022, dernière modification le 23 février 2022.

Par Annie Pennetier, Michel Thébault

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 16P et dossiers d’homologation des formations FFI, secteur d’Annezin-les-Béthune, GR 19 P 62/2 — SHD-AVCC, Caen. — Site internet communauté de communes Osartis Marquion (commune de Bourlon). — Site internet Wikipedia Combats du bois de Bourlon de juin 1944. — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément