MÉRY Jean, Achille, Alfred

Par Annie Pennetier

Né le 30 janvier 1923 à Melun (Seine-et-Marne), exécuté après jugement le 21 juillet 1944 à Arbonne (aujourd’hui Arbonne-la-Forêt, Seine-et-Marne) ; ouvrier agricole ; résistant FTP.

Fils d’Alphonse Alfred Méry et d’Augustine Juliette Taupenas, Jean Méry était domicilié 62 rue du Docteur Pouillot à Melun (Seine-et-Marne). Il travaillait comme ouvrier agricole à Moisenay (Seine-et-Marne) où, résistant, il appartenait au maquis FTP Bara sous les ordres d’André Perret.
Il fut arrêté le 11 juillet 1944 sur « dénonciation à la Gestapo », puis interné à Fontainebleau (Seine-et-Marne). Condamné à mort après une procédure sommaire, il fut abattu au pistolet-mitrailleur le 21 juillet 1944 avec sept membres de son groupe et 13 autres résistants, dans la plaine de Chanfroy, commune d’Arbonne (aujourd’hui Arbonne-la-Forêt, Seine-et-Marne)
Le 8 décembre 1944 son corps et celui des 21 autres victimes fut découvert par des soldats américains qui chargeaient du sable. Il était décrit ainsi : « 1m 75, cheveux châtain foncés, forte corpulence ».

Le 17 août 1944, d’autres résistants de mouvements de la résistance non communiste furent abattus au même endroit, toujours sous la direction de Wilhelm Korf, le « bourreau de la Seine-et-Marne », condamné à la prison à vie en décembre 1953 et gracié en 1963.
Les victimes des deux massacres eurent droit à des obsèques nationales en présence du ministre de la Justice du GPRF, François de Menthon, et du général Pierre Billotte qui représentaient le gouvernement. La cérémonie eut lieu le 14 décembre 1944 à Fontainebleau. Les trente-six victimes furent enterrées au cimetière de Fontainebleau.

L’acte de décès anonyme a été rectifié le 10 juillet 1946, par le tribunal civil de Melun identifiant le corps comme celui de Jean Méry.

Reconnu « Mort pour la France », il a été homologué FFI, FTP depuis janvier 1944 et interné résistant.
Il fut décoré de la Croix de guerre 1939-1945 à titre posthume.

Il a été inhumé dans le cimetière de Moisenay en octobre 1946.

Sur l’emplacement du charnier de la plaine de Chanfroy, un monument commémore les massacres des 21 juillet et 17 août 1944.
Son nom figure également sur le monument aux morts et sur le mémorial des fusillés, déportés et internés 39-45, à Melun et sur un monument commémoratif au cimetière de Fontainebleau.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article245917, notice MÉRY Jean, Achille, Alfred par Annie Pennetier, version mise en ligne le 1er mars 2022, dernière modification le 25 avril 2022.

Par Annie Pennetier

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21P 515666. — Site http://photonaturefontainebleau.over-blog.net/article-le-charnier-d-arbonne-en-plaine-de-chanfroy. — Mémoire des hommes. — Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément