VIDALENC Georges [VIDALENC Joseph, Georges]

Par Michel Dreyfus, Jacques Girault

Né le 9 octobre 1885 à Paris (XIe arr.), mort le 2 novembre 1967 à Paris (XIVe arr.) ; professeur ; militant de la CGT, animateur de l’Institut supérieur ouvrier avant 1940, puis responsable du Centre confédéral d’éducation de la CGT-FO ; résistant, déporté.

Fils de Bonnet Vidalenc et de Marie Combe, originaires du Cantal, nourrisseurs dans l’impasse Gaudelet à Paris XIe, Georges Vidalenc effectua ses études à l’école Turgot et entra à l’Ecole normale d’instituteurs de la Seine en 1902. Après avoir accompli son service militaire, il réussit le concours d’entrée à l’École normale primaire supérieure de Saint-Cloud (1906, Lettres). Titulaire du professorat des écoles normales et des écoles primaires supérieures, il fut nommé professeur à l’Ecole normale d’instituteurs du Puy (Haute-Loire) en 1908, à l’ENI d’Arras (Pas-de-Calais) en janvier 1910, puis à l’ENI de Caen (Calvados) en octobre 1910. Il enseignait essentiellement l’histoire et la géographie en dernière année, le français en deuxième année et l’anglais en première année.

Il se maria le 13 septembre 1910 à Paris (XIe arr.) avec Marie, Henriette Delille, née le 26 décembre 1884 à Somain (Nord), fille d’un directeur d’école à Somain, ancienne élève de l’ENS de Fontenay-aux-Roses (1906, Lettres), professeure, domiciliée à Guise (Aisne). Le couple eut un fils, né à Caen, Jean Vidalenc (1912-1986), futur historien, professeur d’université.

Georges Vidalenc fut mobilisé d’août 1914 à mars 1919, dont deux ans dans l’infanterie sur le front. Il reprit son poste à Caen, mais en raison de tensions avec le directeur, demanda et obtint son détachement pour l’école commerciale et industrielle de Casablanca (Maroc) en octobre 1920. Estimant qu’il devait être reclassé en première classe, il ne s’attendait pas, à son retour en métropole en 1930, à être nommé sur un poste de professeur à l’école primaire supérieure de Poitiers (Vienne). Il fut muté en 1931 à l’EPS de la place des Minimes à Lyon (Rhône), alors que son épouse enseignait les lettres à l’EPS de la rue Mazenod, puis il obtint un poste de professeur d’anglais à l’EPS Turgot à Paris, en octobre 1935, tandis que son épouse était retraitée. Ils habitaient boulevard Saint-Michel.

Georges Vidalenc soutint une thèse de doctorat d’Université en 1914 à la faculté des lettres de Caen sous le titre Les transformations des arts décoratifs au XIXe siècle, William Morris, son œuvre, son influence. Son premier centre d’intérêt fut l’histoire de l’art, puis il s’orienta vers l’histoire sociale. De son séjour au Maroc, il ramena un ouvrage (L’art marocain, Paris, F. Alcan, 1925) et une monographie sur le port de Casablanca.

Il était syndiqué au Syndicat national des EPS affilié à la FGE-CGT et en fut même secrétaire départemental du Rhône en 1935. À partir de 1933, il fut, avec Georges Lefranc, un des animateurs de l’Institut supérieur ouvrier de la CGT où il enseigna jusqu’en 1940. Dans ce cadre, il publia des études et préfaça des travaux des époux Lefranc. Il participa à la conférence nationale des collèges du travail en mars 1938. Le rapport sur le trotskysme présenté au bureau politique du Parti communiste, le 28 juillet 1938, le signalait comme membre du groupe "Syndicats" dans la CGT. Il collaborait à des revues dont Primaires et L’École libératrice.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Georges Vidalenc, toujours professeur à l’école Turgot, demanda sa retraite à compter de septembre 1941. Proche de la caisse d’assurances sociales “Le Travail“ animée par le syndicaliste Alfred Lemaire, il passa dans la clandestinité dans le mouvement de résistance Libé-Nord (réseau Castille). Le 2 mars1943, il fut arrêté chez lui par la Gestapo. Incarcéré à Fresnes, il partit en déportation en décembre pour Oranienburg puis Dachau. Son épouse fut arrêtée le 24 juillet 1944 alors qu’elle effectuait une mission de liaison et fut déportée à Ravensbrück où elle mourut. Un lycée professionnel de Lyon porte le nom de Marie Vidalenc.

Après la constitution de la CGT-Force ouvrière en 1947, Georges Vidalenc mit sur pied le Centre d’éducation ouvrière de la confédération dont il devait être le directeur puis le collaborateur. Ses études portèrent sur l’histoire syndicale et plus largement sur la condition ouvrière. Au nom de la CGT-FO, il participa également au lancement des Instituts du travail à partir de 1954 en liaison avec Marcel David aux côtés de R. Lebescond et de Théo Braun pour la CFTC ainsi qu’ André Barjonet et Marc Piolot pour la CGT. Ces instituts devaient servir à former les cadres du monde du travail. Le projet d’Institut du travail reçut le soutien de la CFTC, de la CGT et de la CGT-FO et le premier fut créé en 1955 à Strasbourg ; d’autres suivirent peu après à Grenoble, Lyon, Nancy. En 1965, Georges Vidalenc souligna dans une position commune avec la CGT et la CFDT que la formation syndicale devait rester l’affaire des syndicats eux-mêmes.

Membre comme retraité du Syndicat national des collèges modernes fusionné en 1949 dans le Syndicat national de l’enseignement secondaire, il fut membre à sa création de la commission administrative nationale de la Fédération de l’Éducation nationale. Sympathisant du Syndicat national des instituteurs, Georges Vidalenc écrivait parfois des articles ou des notes de lectures sur l’histoire du mouvement ouvrier dans L’Ecole libératrice. Il était membre du conseil consultatif de SUDEL, éditeur du SNI depuis 1946.

Membre de la Commission nationale française de l’UNESCO, Georges Vidalenc fut expert au Bureau international du Travail. Il fut dans le domaine de l’éducation l’une des figures les plus représentatives du mouvement syndical français.

Il mourut en se rendant, comme chaque matin, à son bureau au Centre d’éducation ouvrière. Ses obsèques furent civiles. La CGT-FO rassembla ses écrits sous le titre La classe ouvrière et le syndicalisme en France de 1789 à 1965, avec une préface de Robert Bothereau en 1969 (502 p.).

Homologué membre des FFC et des FFL, il fut décoré de la légion d’Honneur pour fait de Résistance, et promu officier en 1957.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24627, notice VIDALENC Georges [VIDALENC Joseph, Georges] par Michel Dreyfus, Jacques Girault, version mise en ligne le 18 février 2009, dernière modification le 17 septembre 2022.

Par Michel Dreyfus, Jacques Girault

OEUVRE : La BNF comprenait en 2016 trois fichiers, regroupant 17 titres, avec quelques doublons. Citons :
- William Morris, Villeneuve-Saint-Georges, Imprimerie coopérative ouvrière, 1911,
- L’art norvégien contemporain, Paris, F. Alcan, 1921.
- Les scissions syndicales, Librairie économique et syndicale, CGT-FO, préface de Robert Bothereau, sd [1956],
- L’éducation ouvrière, Librairie économique et syndicale, CGT-FO, 1956.
- La classe ouvrière et le syndicalisme en France de 1789 à 1965, édité par la CGT-FO, 1969 (posthume).

SOURCES : Arch. Nat., F17 24937. — RGASPI, 517 1 1884. — Bulletin des EPS, n° 11, 10 novembre 1935. — Force ouvrière, n° 1113, 8 novembre 1967. — L’École libératrice, 17 novembre 1967. — Amicale de Saint-Cloud, Notes de guerre, mai 1944-mai 1945. — SHD, Vincennes, GR 16 P/593147 et GR 28 P4/180 31. — Lucie Tanguy, Les Instituts du travail. La formation syndicale à l’Université de 1955 à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 260 p. — Gabriel Désert, "Jean Vidalenc (1912-1986), note biographique", Annales de Normandie, 1986, n° 36-2, p. 171-173. — Jean-René Suratteau, "Jean Vidalenc (1912-1986)", Annales historiques de la Révolution française, 1986, n° 263, p. 86. — Notes d’Alain Dalançon.

ICONOGRAPHIE : Force ouvrière, n° 1113, 8 novembre 1967.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément