ESTRADA DILMER Salvador, Pedro, Andrès [Pseudonyme dans la Résistance : MOSQUITO] aussi connu sous le nom de SALVADOR Emmanuel

Par Claude Pennetier, Jean-Luc Marquer

Né le 30 novembre 1914 à Barcelone (Espagne), mort en action le 16 août 1944 à Lamagistère (Tarn-et-Garonne) ; résistant FTPF, lieutenant des Forces françaises de l’Intérieur.

Capitaine d’artillerie de l’Armée républicaine espagnole, artificier, Salvador, Pedro, Andrès Estrada Dilmer, blessé lors de la guerre civile espagnole faisait partie des Républicains espagnols parqués de façon indigne dans les camps des Pyrénées-Orientales. Il séjourna dans plusieurs camps jusqu’à son arrivée dans le Lot où il devint ouvrier agricole, notamment à Luzech (Lot). En 1943 il rejoignit le maquis de Montcuq, aujourd’hui Montcuq-en-Quercy-Blanc (Lot). Salvador, Pedro, Andrès Estrada Dilmer était un spécialiste du sabotage. Il appartenait au groupe de FTPF de Charry, près de Montcucq. Il avait assuré les fonctions d’instructeur du maquis. Le résistant fut confié par son chef le lieutenant FTPF De Goudusson à un commando américain qui avait reçu la mission de saboter les lignes de communication entre entre Bordeaux et Toulouse. Il fut tué en action lors du plasticage (qui échoua) du pont de chemin de fer sur la Barguelonne à Lamagistère (Tarnet-Garonne). Le 15 août 1944, les 21 Américains et une dizaine de FTP rencontrèrent les résistants locaux qui déconseillèrent l’opération. Arrivé à proximité de l’objectif le 16 août, "Mosquito" particulièrement intrépide, alla reconnaître les lieux. Il fut touché par une rafale de de fusil-mitrailleur allemand en pleine poitrine et s’effondra mort. Le commando se dispersa.
Son véritable nom était ignoré et il était connu sous le nom d’Emmanuel Salvador.
Il fallut toute l’obstination de Charles Farreny, un habitant de Luzech, aujourd’hui décédé, et de Michèle Landois et Marie-Amélie Farreny-Rey, qui prirent sa suite, pour que sa véritable identité soit connue.
Il obtint la mention « Mort pour la France » par décision de l’ONAC de Caen en date du 23 avril 2019.
Il fut enterré dès 1944 au cimetière de Montcuq-en-Quercy, de façon presque anonyme (Emmanuel Salvador). Les recherches de Charles Farreny lui restituèrent sa véritable identité et une plaque fut apposée le 16 août 2014 au cimetière de Montcuq, à son initiative et en sa présence. Le Musée de la Résistance en ligne avait indiqué qu’il l’avait été au cimetière de Lamagistère. Il l’a corrigé, en publiant notamment la photographie ci-contre.
Il figurait sur le monument de Lamagistère, chemin de Miradoux au lieu dit "Lasparrières" sous le nom d’Emmanuel Salvador, et maintenant sous son véritable nom.
Son nom figure également sur les monuments aux morts de Montcuq et de Luzech.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article246602, notice ESTRADA DILMER Salvador, Pedro, Andrès [Pseudonyme dans la Résistance : MOSQUITO] aussi connu sous le nom de SALVADOR Emmanuel par Claude Pennetier, Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 23 mars 2022, dernière modification le 29 novembre 2022.

Par Claude Pennetier, Jean-Luc Marquer

Source : Musée de la Résistance en ligne
Salvador Estrada Dilmer (1914-1944)
Source : MemorialGenWeb

SOURCES : SHD, AVCC, Caen, fiche créée le 30 avril 2019, sans cote. — ONAC Tarn-et-Garonne, Commission départementale de l’information historique pour la Paix, Contre l’oubli. Plaques et stèles de la Résistance et de la Déportation en Tarn-et-Garonne, Montauban, 2000. — Bulletin de l’amicale des anciens guérilléros espagnols (FFI), 135, septembre 2014. — La Dépêche, 10 novembre 2014. — La Dépêche.fr. — Mémorial GenWeb, consulté le 23 mars 2022. — Musée de la Résistance en ligne. — Notes d’André Balent.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément