Bruay-en-Artois, aujourd’hui Bruay-La-Buissière (Pas-de-Calais), 1er et 2 septembre 1944.

Par Michel Thébault

Les 1er et 2 septembre 1944 des troupes allemandes en retraite se livrèrent à Bruay-en-Artois, aujourd’hui Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais) à de multiples massacres et exactions entraînant la mort de 40 résistants et civils.

A la fin du mois d’août 1944 l’avancée rapide des troupes alliées vers le nord de la France et la Belgique entraîna la retraite précipitée des troupes allemandes encore présentes en nombre sur la côte. Le 31 août 1944, la Kommandantur de Bruay évacua la ville. Dans la nuit du 31 août au 1er septembre 1944, les différents mouvements de résistance de Bruay-en-Artois et des communes voisines, se mirent d’accord pour lancer un mot d’ordre de soulèvement général, répondant en cela aux ordres du commandement FFI du Nord - Pas-de-Calais. Dans la nuit les groupes de résistants entrèrent en action et occupèrent la ville. Aussitôt, dans toute la ville, la Résistance s’attaqua aux différents objectifs désignés et aux convois allemands qui repartaient vers la Belgique. Dans la matinée du 1er septembre, l’hôtel de ville fut occupé par les résistants, cinq soldats allemands fait prisonniers y furent également amenés. Mais dans la soirée, une unité allemande pénétra dans Bruay et investit l’hôtel de ville pour libérer les prisonniers abattant dans le sous-sol du bâtiment de nombreux résistants présents (16 victimes y furent alors dénombrées). Dans toute la ville se produisit également toute une série d’exécutions et de massacres de résistants exécutés sommairement, et de civils abattus dans la rue ou dans leurs maisons. Au total en deux jours 41 personnes furent tuées.
La ville de Bruay-en-Artois fut définitivement libérée le 4 septembre 1944 par la 7ème D.B. britannique (plus connue sous le surnom de « Rats du désert ») de l’armée du général Montgomery qui comprenait principalement des Britanniques et des Canadiens.


Liste des victimes :
 
Hôtel de Ville
 
BARRAS Jules
BEAUDOIN Camille
BOURDON Édouard
CANLERS Prudent
CHARPIOT Michel
COURVOISIER Paul
DACHICOURT Gaston
DUQUESNOY Jules
GOULLIART Eugène
JASEZ Robert
JOSSIEN André
LAIGLE Marcel
LEBLOND Julien
POCQUET Georges
SIRGUEY Charles
TOMASIEWICZ Mieczyslaw
 
Autres lieux
 
BRIZARD Jean
CATTIAU Jean
CUBER Stanislas
DAMBRINE Léon
FOUQUET Aimé
GELAS Charles
INGELAERE Henri
KALISZEWSKI Mieczyslaw
KERVARREC Maurice
KORYCINSKI Constantin
KRUPA Bronislaw
LAFARGE Daniel
LEMAIRE André
MAINIER André
MINARD Fernand
MULARD Alfred
ROYER Georges
STIEVENARD René
STOZICKI Jacques
STOZICKI Jean
TOSATO Prostocino
VAN GHELDER Émile
VANHAEZEBROUCK Louis
VELGHE Marie Louise
 
Une plaque commémorative 1939 – 1945 fut apposée après la guerre dans la mairie de Bruay-en-Artois, indiquant les noms des fusillés et déportés morts en captivité ainsi que les noms des 40 victimes des journées de la Libération à Bruay (y figurent aussi les noms de quatre victimes qui ne sont pas mortes à Bruay stricto sensu les 1er et 2 septembre, mais étaient originaires de la ville : Florent Caudron tué à Bourlon, Charles Marlard tué le 24 août 1944, Madeleine Cabley morte à Béthune, et Raymond Macrez tué à Houdain).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article246848, notice Bruay-en-Artois, aujourd'hui Bruay-La-Buissière (Pas-de-Calais), 1er et 2 septembre 1944. par Michel Thébault, version mise en ligne le 31 mars 2022, dernière modification le 12 avril 2022.

Par Michel Thébault

SOURCES : Mémoire des Hommes — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément