GERHARD Jan [BARDACH Wiktor dit]

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

Né le 17 janvier 1921 à Lviv (Pologne), mort le 20 août 1971 à Varsovie (Pologne) ; résistant FTP MOI en France.

Diplômé d’un lycée polonais, juif polonais membre du Bétar, Wiktor Bardach fut élève officier en Pologne avant de participer au combat de 1940 dans l’armée polonaise créée en France. Installé à Toulouse (Haute-Garonne), il entra dans la Résistance, et effectua de nombreux voyages entre Grenoble et Toulouse pour y organiser les groupes armés. Il prit, en février 1943, après l’arrestation de Marcel Langer*, le commandement de la 35e Brigade devenant à vingt-deux ans le commandant de la plus importante unité FTP-MOI, sous le nom de Jean, avec Schimmel Gold, intertechnique. Il y demeura jusqu’en mars 1944 et fit preuve d’un réel talent de stratège. Il a laissé des archives témoignant de ses choix militaires.

Rentré en Pologne à la Libération à la tête des Bataillons polonais constitués en France, il devint colonel dans l’Armée populaire. Il fut accusé d’avoir permis des exécutions sans procès.

Il suivit les cours de l’Académie militaire de Moscou de 1948 à 1950 avec l’espoir de devenir général. Arrêté le 29 août 1952, accusé d’être un agent français, il fut libéré et réhabilité en 1954.

Roger Pannequin l’évoque sous le pseudonyme de « Gérard » dans Adieu camarades ( p. 18-19). « J’entendis parler de lui beaucoup plus tard, en 1950, quand Marcel Servin […] me proposa de déclarer qu’aux environs de Longuyon « Gérard » disposait d’une autorisation de Patton pour apprendre à piloter les avions de reconnaissance US. Servin voulait prouver que Gerhard avait noué en France des relations avec l’impérialisme yankee. Staline avait décidé de se débarrasser de ceux qui le gênaient à Varsovie. »

Correspondant de l’agence PAP à Paris puis directeur de la revue Forum et de l’Union des écrivains. Ill fut élu député en 1970, pour le district de Chrono.

Il fut assassiné l’année suivante dans son appartement, victime d’un crime crapuleux. Le fiancé de sa fille fut arrêté et condamné à mort.

Jan Gerhard avait écrit des scénarios de films, plusieurs romans (en particulier Luny Bieszczadach) et des études politico-historiques, notamment sur Charles de Gaulle.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24693, notice GERHARD Jan [BARDACH Wiktor dit] par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, version mise en ligne le 24 février 2009, dernière modification le 3 juillet 2009.

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

SOURCES : Témoignage de Marc Brafman, www.memorialdelashoah org— Des juifs dans la résistance. — Roger Pannequin, Adieu camarades, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément