ROYER Georges, Louis, Joseph

Par Michel Thébault

Né le 26 juin 1912 à La-Buissière aujourd’hui Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais), exécuté sommairement le 1er septembre 1944 à Bruay-en-Artois aujourd’hui Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais) ; mineur ; résistant FTPF.

Georges Royer était le fils de Joseph, Georges Royer (né le 8 janvier 1891 à La-Buissière) mineur et de Joséphine, Marie, Joseph Detoeuf (née le 18 juin 1890 à Bruay-en-Artois) femme de chambre à Paris. Il fut reconnu et légitimé lors du mariage de ses parents à La-Buissière le 25 avril 1916, son père étant alors mobilisé, sergent au 73ème Régiment d’infanterie. Il se maria le 13 avril 1935 à Bruay-en-Artois avec Louise, Jenny Degrugilliers (née à Bruay le 6 juillet 1912) fille d’un chef porion. Georges Royer domicilié à Divion (Pas-de-Calais) était lui-même mineur comme son père Joseph Royer devenu chef porion.
 
Il s’engagea dans la Résistance à l’été 1944 au sein des FTPF. Le 1er septembre 1944, alors que les troupes allemandes accéléraient leur retraite, les différents mouvements de résistance de Bruay-en-Artois et des communes voisines, se mirent d’accord pour lancer un mot d’ordre de soulèvement général. Le 31 août 1944, la Kommandantur de Bruay évacua la ville. Dans la nuit les groupes de résistants entrèrent en action et occupèrent la ville. Aussitôt, dans toute la ville, la Résistance s’attaqua aux différents objectifs désignés et aux convois allemands qui repartaient vers la Belgique. Des combats se produisirent autour de l’hôtel de ville. Dans toute la ville les troupes allemandes en retraite procédèrent à des massacres de résistants exécutés sommairement, et de civils abattus dans la rue ou dans leurs maisons. Georges Royer fut arrêté et exécuté sommairement en même temps que plusieurs camarades FTPF Stanislas Cuber, Aimé Fouquet, Constantin Korycinski, et Bronislaw Krupa. Ils furent tous les cinq fusillés devant le 135, rue Chopin à Bruay. Bronislaw Krupa était âgé de 18 ans.
 
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué FFI. Son nom est inscrit sur la plaque commémorative 1939 – 1945 à l’intérieur de la mairie de Bruay-en-Artois avec les noms des victimes des journées de la Libération et dans le cimetière n° 3 de Bruay sur un mur du souvenir où ont été placées les plaques commémoratives récupérées sur les habitations où elles risquaient de disparaître. Sur l’une d’elles auparavant apposée 135 Rue Chopin est inscrit : « SOUVENEZ VOUS, A cet endroit les fascistes allemands assassinèrent le 1er Septembre 1944 : GUBER Stanislas, FOUQUET Aimé, KORYCINSKI Constantin, KRUPA Bronislas, ROYER Georges L. J . »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247210, notice ROYER Georges, Louis, Joseph par Michel Thébault, version mise en ligne le 12 avril 2022, dernière modification le 12 avril 2022.

Par Michel Thébault

SOURCES. SHD Vincennes, GR 16 P 526570 et SHD Caen, AVCC, Cote AC 21 P 145229 (nc). — Mémoire des Hommes, dossiers d’homologation des formations FFI, groupe FTPF GR 19 P 62/2. — Site internet Mémoires de pierre, Bruay mur du souvenir. — Arch. Dép. Pas-de-Calais (état civil). — Mémoire des Hommes. — Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément