La Léchère (Savoie) 10 juin 1944 à Nâves

Par Michel Aguettaz

Le samedi 10 juin 1944, une centaine de soldats de l’Africa Korps massacra huit hommes du village de Nâves, commune de La Léchère, pillèrent les maisons puis les incendièrent.

Le 8 juin 1944, des affrontements se déroulèrent dans la vallée de la Tarentaise dans le secteur de Notre-Dame-de-Briançon (à environ 20 km d’Albertville). Le 9 juin des véhicules allemands y furent encore pris pour cible.
Le samedi 10 juin en réponse à ces attaques, une opération fut lancée par l’occupant pour ratisser le secteur de Nâves.
Cette commune, aujourd’hui intégrée à la commune de La Léchère, s’étend sur une vallée adossée au versant oriental du Beaufortin et débouche dans la vallée de Tarentaise au niveau du verrou glaciaire de Notre-Dame de Briançon. Son chef lieu, Fontaine, se trouve à 1200 m. d’altitude, Grand Nâves se situant à environ 1350 m.
Ce jour-là, une grande partie de la compagnie FTP 92-12 s’était retirée au lieu-dit La Cudraz, sur le versant opposé à celui de la route menant à Nâves.
Vers cinq heures du matin, environ 150 hommes de l’Afrika Korps, en provenance d’Aigueblanche, traversèrent le village de Fontaine, chef-lieu de la commune.
Les écouteurs de la cabine téléphonique furent arrachés, au moins une section se positionna sur les alentours tandis que l’essentiel du détachement continuait jusqu’au hameau de Grand Nâves, situé environ 2 kilomètres plus loin.
Ce village fut encerclé et tous les hommes rassemblés le long du mur du cimetière pour contrôle des papiers. Au cours de cette opération, six jeunes hommes étrangers à la commune (trois résidant à Petit-Coeur et trois à Pussy) furent emmenés par les Allemands.
Vers 11h30 le détachement de retour au chef-lieu l’encercla.
Tous les hommes reçurent l’ordre de se rendre au four communal pour contrôle d’identité. Ils n’étaient alors que très peu nombreux (un témoignage parle de quatre hommes seulement et tous âgés) la plupart d’entre eux ayant fui le village après le passage des Allemands. L’officier menant l’opération, muni d’une liste des hommes du village, fit un contrôle nominatif précis, demandant à leurs parents ou voisins la justification de leur absence.
Les perquisitions s’accompagnèrent d’un pillage systématique des réserves alimentaires, immédiatement chargées sur un camion réquisitionné sur place. Le bétail fut lui aussi enlevé.
Le sac du chef-lieu s’accompagna de beuveries et de diverses violences. Une jeune femme fut violée et Lucien Delapierre, 32 ans et Amédée Baudin, 58 ans furent abattus. Ces deux exécutions, la confusion et la panique régnant, ne furent découvertes que plus tard.
L’officier, accusant les hommes absents d’appartenir au maquis et d’être des « terroristes  », ordonna l’incendie du village, ne laissant aux habitants que quelques minutes s’ils voulaient récupérer des biens.
Vers treize heures, trois grenades incendiaires explosèrent en différents points du village. L’incendie se propagea très rapidement. Les rares hommes et les femmes du villages, sans moyens, furent impuissants à lutter contre le feu tandis que les hommes de Grand Nâves, accourus pour leur porter aide, furent empêchés d’entrer dans le village. Une fois sûrs que l’incendie ne pouvait être circonscrit, les Allemands reprirent la route de la vallée.
Fontaine brûla dans sa quasi totalité. Seules l’église, l’école et deux maisons furent épargnées par les flammes, laissant 85 habitants sans toit.
Le bilan définitif de cette terrible journée ne put être établi que trois jours plus tard.
Fernand Miège, Louis Niémaz, Roger Quinquenel furent retrouvés le 11 juin au petit matin, au lieu-dit La Coëche, où ils avaient été mitraillés dans le dos.
Ce même jour, on retrouva dans une ruelle du village la dépouille de Lucien Delapierre. Son corps était marqué de plusieurs impacts de balles.
Le 12 juin, on retrouva, au lieu-dit Le Sauvage, les corps de Jean Brun, Gilbert Bermond et Camille Ratel.
Enfin, ce n’est que le 13 juin qu’on découvrit les restes, entièrement calcinés, d’Amédée Baudin dans les décombres de sa maison.

Les noms de ces huit victimes ont été gravés sur une plaque apposée pour le 50e anniversaire de ce massacre « En souvenir du village de Fontaine incendié le 10 juin 1944 et à la mémoire des fusillés ». Huit victimes ce jour et trois le 11 août 1944.

Amédée Baudin

Gilbert Bermond

Jean Brun

Lucien Delapierre

Fernand Miège

Louis Niémaz

Roger Quinquenel

Camille Ratel

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247490, notice La Léchère (Savoie) 10 juin 1944 à Nâves par Michel Aguettaz, version mise en ligne le 25 avril 2022, dernière modification le 26 avril 2022.

Par Michel Aguettaz

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 3808 W 1266. — Pierre et Roger Calderini, Résistance : 3ème sous- secteur (Tarentaise). Saint-Paul-sur-Isère, Association Renaissance et culture de Saint-Paul-sur-Isère, 1991.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément