Bretenoux (Lot), 9 juin 1944

Par Eric Panthou

Le 9 juin 1944, 19 membres de l’Armée secrète (AS) de Corrèze furent tués lors de combats visant à bloquer la Division blindée SS "Das Reich" au pont de Bretenoux (Lot). 13 civils périrent aussi dans les combats.

Stèle en mémoire des civils tués

Le 8 juin 1944, 27 maquisards d’une compagnie de l’Armée Secrète de Corrèze avait barré le pont à Bretenoux (Lot) avec de nombreux troncs d’arbres. Il s’agissait de ralentir l’avancée de la division de panzers SS "Das Reich" venant de Saint-Céré vers Tulle, dans ce secteur où le pont de Bretenoux sur la Cère est le seul à proximité.
Nous sommes ici dans un secteur relevant de l’AS Vény de Bretenoux et dès le 8 juin après-midi, le PC départemental de l’AS Vény demanda la levée de ce bouchon pour éviter des représailles contre la ville. Vers minuit l’AS de Corrèze accepta de se retirer mais au petit matin rien n’avait bougé car les hommes n’avaient pas reçu l’ordre e ne pas attaquer.
Le 9 juin 1944 les Allemands attaquèrent. Au cours des combats qui débutèrent dès 6h30, dix neuf maquisards trouvèrent la mort ainsi que treize civils non armés.
Les FFI auront retardé la colonne pendant trois heures, leur jeune officier figurant parmi les tués qui avaient dû affronter des chars avec des fusils.
Il y aurait eu 18 FFI tués et un disparu. Marcel Carrethie et Jean Jarethie dont les noms figurent sur la stèle des résistants tués seraient la même personne : Jean Marcel Jarrethie. André Camus est considéré comme disparu et n’a pas d’acte de décès à Bretenoux. Il y aurait aussi eu un inconnu FFI tué mais celui-ci n’a pas d’acte de décès. Les récits indiquent que les soldats allemands exposèrent sur le trottoir les trente-deux cadavres des résistants et civils tués alors que les décomptes d’actes de décès font apparaître 29 morts. Un doute subsiste sur le total des victimes.
Les hommes restés en ville furent rassemblés sur la place. Les maisons et les magasins de la ville furent pillées. Cinq fermes furent incendiées. Les otages furent ensuite relâchés avant que la colonne reparte.

Une stèle a été érigée à côté du pont, à la sortie de Bretenoux sur la route en direction de Tulle.

Résistants tués :

ARMAND Raymond
BELLECOUR Louis
BOOF Michel
BOUGARD Jacques
CAMUS André disparu
DARCHE Robert
DUBUT André
DUPINET Maurice
DUPINET Raymond
FOUCHET Maurice
HOLTZMANN Fritz
Inconnu Bretenoux
JARRETHIE Jean
LAROSE Jacques
NOGUÈS Jean alias Jean Wagner
RÉGNIER Marcel
SAURIN Roger
TAUZIN Pierre alias Jean Lejeune
VALERY Louis

Victimes civiles :

BARUS Antoinette
BONNEVAL Johanny
CAISSAC Louis
DAYMA Eléonore
DAYMA Hippolyte
DURAND Eugène
FONTANILLE Philippe
LACAM Louis
ROSE Marguerite
SIRIEYS Armand
SIRIEYS Jean
TRAVERT Louis
TRUEL Louis

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247553, notice Bretenoux (Lot), 9 juin 1944 par Eric Panthou, version mise en ligne le 30 avril 2022, dernière modification le 25 mai 2022.

Par Eric Panthou

Stèle en mémoire des civils tués
Stèle des résistants tués

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 19 P 19/4, AS : Etat-major départemental / AS : Basse Corrèze et Brigade, état des morts. — Ombres et espérances en Quercy, 1940-1945 : les groupes Armée Secrète Vény dans leurs secteurs du Lot, Toulouse, Privat, 1980. — Gilbert Lacan, Figeac-en-Quercy sous la terreur allemande : Avril-mai-juin-juillet 1944. — Bernard Delaunay, Mémorial de la Résistance et de la déportation en Corrèze, 1940-1945, ANACR, 1995 - 208 p. —"Le souvenir du 9 juin 1944", La Dépêche du Midi, 13 juin 2016. — Mémorialgenweb. — État civil Bretenoux.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément