EL KAABI Khemaïs

Par Juliette Bessis

Né en 1912, mort le 15 septembre 1975 ; artisan cordonnier, puis ouvrier dans diverses corporations ; syndicaliste autonome, proche de la CGTU ; militant communiste, membre du PCT, membre du comité central.

Khemaïs el Kaabi était musulman de Tunisie. Illettré, il travailla comme ouvrier dans différentes cor­porations à la faveur des possibilités d’embauche, après avoir exercé le métier d’artisan cordonnier (belghagi).

Il milita au syndicat autonome constitué dans la mouvance de la CGTU à la fin des années 1920 et adhéra au PCT en 1934. Il se consacra dès lors à l’action politique et resta toute sa vie un orateur très populaire en milieu ouvrier et syndical. Il fut arrêté en 1934 lors de la répression peyroutonienne, et libéré en 1936.

Il semble ensuite avoir été arrêté puis libéré en 1939. Arrêté de nouveau le 28 novembre 1942 en même temps que plusieurs autres communistes, il fut interné au fort de Sidi Kacem. Il s’évada de cette prison militaire alors qu’on le conduisait auprès du juge d’instruction en avril ou mai 1942 et milita dans les rangs du PC clandestin et dans l’illégalité jusqu’à l’arrivée des Alliés à Tunis en mai 1943.

Arrêté le 18 janvier 1952 (répression conduite sous le mandat du
résident général de Hautecloque), il futdéporté à Remada et libéré en 1953.

Élu pour la première fois au comité central du PCT au Congrès de l’Ariana en mai 1939, il appartint aux instances dirigeantes du parti jusqu’à sa mort intervenue le 15 septembre 1975.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247564, notice EL KAABI Khemaïs par Juliette Bessis, version mise en ligne le 23 avril 2022, dernière modification le 23 avril 2022.

Par Juliette Bessis

SOURCE : Juliette Bessis, Les Fondateurs : index biographique des cadres syndicalistes de la Tunisie coloniale (1920-1956), Paris, L’Harmattan, 1985.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément