GUÉNIVET René, Auguste

Par Marie-Cécile Bouju

Né le 14 avril 1896 à Bourges (Cher), typographe, coopérateur, sportif amateur, maître imprimeur.

Fils d’Alexandre Guénivet, tourneur sur bois, et de Victorine Mouchelin, René Guénivet était typographe. Son frère Camille (1903-1943) était imprimeur.
Mobilisé en avril 1915, il a été blessé le 2 août 1916, ce qui lui valut la croix de guerre. Il a été démobilisé le 14 septembre 1919.
En 1921, il devint directeur de l’imprimerie ouvrière de Bourges (ou Imprimerie ouvrière du Centre) jusqu’en 1926. Imprimerie coopérative, elle imprimait L’Emancipateur, dont il était le gérant. En 1926, il a été poursuivi par les autorités pour avoir imprimé un tract antimilitariste
En conflit avec le PCF, il dut quitter en 1926 l’imprimerie coopérative. Il fut remplacé par Maurice Boin ou Alexandre Guillot.
Guénivet partit à Paris où il dirigea l’imprimerie Ch. Mitton à Paris (30 rue du Bourg-Tibourg, 4e arr.). Il reprit l’entreprise au milieu des années trente sans doute avec un associé. L’imprimerie prit comme raison sociale Guénivet et Coradin.
Guénivet était très engagé dans le milieu sportif. En 1921, il était membre de l’Union vélocipédique de France, en 1930 président du Lutèce sportif, et dans les années trente de direction de la section cycliste de l’ASPP. En 1941, il faisait partie des membres fondateurs de la Fédération française du cyclisme (membre de la commission sportive). Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut administrateur provisoire d’une imprimerie aryanisée, la société Bernas (Paris 4e arr.), probablement jusqu’en 1942.
A partir de 1943, son nom n’apparait plus dans l’actualité sportive. Début 1944, la direction de Guénivet et Coradin joua les intermédiaires entre Paul Vaillant et Georges Montaron, ce qui permit à Témoignage chrétien d’être imprimé par Vaillant.
René Guénivet a été interné à la libération. En raison de son engagement dans le milieu sportif sous l’occupation ?
René Guénivet s’est marié trois fois : avec Georgina Zani, commerçante, le 23 janvier 1919 à Bourges, avec Irène Audat le 31 mai 1926 à Bourges (décédée en 1938) et avec Marie Madeleine Godard le 11 novembre 1939 à Paris (4e arr.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247627, notice GUÉNIVET René, Auguste par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 24 avril 2022, dernière modification le 2 mai 2022.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCES : Arch. Dép. Cher 3 E 5405 acte naiss. [en ligne] et 2 R 739 registre matricule n° 1771 [en ligne]. - AN 19940448/455.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément