MEYER Antoine, Joseph [Pseudonyme dans la résistance : Le Bolide]

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 11 mai 1921 à Bischheim (Bas-Rhin), mort à l’hôpital le 20 août 1944 à Tarbes (Hautes-Pyrénées) des suites de blessures reçues au combat à Burg (Hautes-Pyrénées) ; policier ; résistant du Corps franc Pommiès (CFP) homologué FFI.

Antoine Meyer était célibataire et domicilié 26, Rue Larrey à Tarbes (Hautes-Pyrénées). Il exerçait le métier de policier.
Il entra dans la Résistance au Corps franc Pommiès dans le bataillon Pottier et la compagnie du capitaine Martin-Neuville.
Il fut mortellement blessé le 30 août 1944 au combat de Burg (Hautes-Pyrénées) contre la garnison allemande de Tarbes, au lieu-dit " La Vierge" où une stèle a été érigée. Il décéda le jour même à l’hôpital de Tarbes où il avait été transporté.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué au grade d’adjudant-chef des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Laas (Gers), sur la stèle commémorative, à Bernadets-Dessus (Hautes-Pyrénées), les plaques commémoratives du commissariat, à Tarbes, le Mémorial Corps franc Pommiès, à Castelnau-Magnoac (Hautes-Pyrénées) et sur la Liste des fonctionnaires de la Sûreté Nationale, à Mâcon (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247628, notice MEYER Antoine, Joseph [Pseudonyme dans la résistance : Le Bolide] par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 26 avril 2022, dernière modification le 26 avril 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, AVCC, Caen, Cote AC 21 P 89780 (nc), SHD, Vincennes, GR 16 P 415128 et GR 28 P 2 361 (nc).— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément