RIBOULEAU Louis, Jules

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 6 avril 1912 à Les Lilas (Seine, Seine-Saint-Denis), mort à l’hôpital le 22 août 1944 à Tarbes (Hautes-Pyrénées) des suites de blessures ; résistant du Corps franc Pommiès.

Louis, Jules Ribouleau était le fils d’Édouard, Jules, Auguste Ribouleau, employé, et de Victorine, Henriette Stanurski.
Il fut légitimé par le mariage de ses parents le 10 août 1914.
En 1944, il était domicilié 1 rue Lamartine à Aureilhan (Hautes-Pyrénées). Il était ouvrier à la Société des Forges et Ateliers des Pyrénées, à Tarbes (Hautes-Pyrénées).
Il entra dans la Résistance au Corps franc Pommiès dans la demi-Brigade Balade et le bataillon de Chazelles.
Il fut blessé lors d’un engagement d’un engagement contre les Allemands pour la libération de Tarbes et décéda à l’hôpital le 22 août 1944, à Tarbes des suites des blessures reçues. Tarbes fut libérée officiellement le 24 août 1944.
Il obtint la mention « Mort pour la France » mais ne possède pas de dossier d’homologation au SHD Vincennes.
Son nom figure sur le monument aux morts et la stèle commémorative de la Société des Forges et Ateliers des Pyrénées (orthographié RIBOULOT), à Tarbes et sur le Mémorial Corps franc Pommiès, à Castelnau-Magnoac (Hautes-Pyrénées).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247653, notice RIBOULEAU Louis, Jules par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 25 avril 2022, dernière modification le 25 avril 2022.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, AVCC, Caen, Cote AC 21 P 139981 (nc).— Pas de dossier au SHD Vincennes.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb. — État civil, acte de naissance n°58

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément