GABRIELLI Gabriel

Par Jean-Pierre Besse

Né le 27 mars 1901 à Montecopiolo (Italie), abattu le 21 mai 1943 au Buisson commune de Saint-Méard-de-Gurçon (Dordogne) ; mineur puis ouvrier métallurgiste ; militant communiste ; Brigadiste ; résistant FTP en Gironde et Dordogne.

Gabriel Gabrielli arriva en France vers 1925 avec son épouse pour fuir le fascisme. Il s’installa dans la région de Longwy, travailla dans les mines de fer puis dans la métallurgie aux usines de la Chiers.

Militant communiste et syndicaliste CGT, il était dans les années 1930 l’un des dirigeants de l’Union populaire italienne. Il s’engagea dans les Brigades internationales en 1937.

Réfugié à Sainte-Foy-la Grande en 1939, il fut affecté spécial dans son usine et regagna la Lorraine avant de revenir après la défaite. Il était domicilié à Pineuilh (Gironde).

Il participa à la reconstitution clandestine du Parti communiste dans la région de Sainte-Foy à la limite de la Gironde et de la Dordogne. En 1942, il fit partie des premiers groupes des FTP. Il y côtoya des républicains espagnols assignés comme travailleurs forestiers. Avec eux, il réalisa plusieurs sabotages sur la voie ferrée Bordeaux-Périgueux et des opérations contre des collaborateurs.

Le 21 mai 1943, avec José Martinez Fernandez et Francisco Diaz, il fut chargé d’exécuter le milicien Borde. Celui-ci, armé, tira sur Gabrielli qui fut tué, ses deux camarades réussirent à prendre la fuite.

Selon le Comité local de libération de Sainte-Foy-la-Grande, le 14 mars 1945, « Le rapport de gendarmerie avait conclu à une tentative de vol pour les besoins de la cause pour éviter des représailles de la part des allemands (sic). »

Il fut homologué, à titre posthume, sergent FFI.

Son fils Walter, âgé de quinze ans en 1943, participa au maquis en Corrèze. En 1945 sa femme était domiciliée à Longwy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24779, notice GABRIELLI Gabriel par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 1er mars 2009, dernière modification le 25 septembre 2014.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : DAVCC, Caen, 21 P 190 311. — Site FFI33 www.ffi.org. — Jacques Lagrange, Dictionnaire de la Résistance, Dordogne, Éditons Pilote 24, 2007.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément