ETIENNE Roland

Par Jean-Marie Conraud

Né le 30 mai 1918 à Thaon-les-Vosges (Vosges), mort le 24 janvier 1982 à Thaon-les-Vosges ; dessinateur industriel ; militant jociste, syndicaliste CFTC puis CFDT ; président de l’UD-CFTC (1957), de la caisse d’allocations familiales des Vosges (1963) et de l’Union départementale des associations familiales (1976) ; membre du Conseil économique et social (1969-1979) ; vice-président de l’Union nationale des associations familiales (1978).

Fils d’un chauffeur à l’usine BTT (Blanchisserie-Teinturerie-Thaon), Roland Étienne fit, après ses études primaires, une année au petit séminaire de Mattaincourt (Vosges). Il fut ensuite embauché, à l’âge de quatorze ans, comme tireur de plans dans l’usine où travaillait son père. Occupé surtout à pousser des wagons, Roland Étienne montra un tel intérêt pour le dessin que son chef de service persuada ses parents de lui faire suivre des cours spécialisés à l’école des sœurs Bernadette. Il y eut l’occasion d’aborder différents styles graphiques. Il avait dix-huit ans quand il revint à l’usine comme apprenti lithographe.

Roland Étienne fit partie de la petite équipe qui démarra la JOC à Thaon. Cette section devint l’une des plus importantes du département des Vosges et l’adhésion de 85 membres en mai 1937 donna lieu à une grande manifestation départementale. Animateur de la section, Roland Étienne était notamment responsable de son journal, L’agent de liaison. Il y donnait libre cours à ses talents de dessinateur. Son engagement jociste prit fin avec son mariage avec Suzanne Leblond, le 25 novembre 1939. Le couple allait avoir huit enfants.

En 1940, Roland Étienne fut fait prisonnier à la frontière belge. Il s’évada en 1941 et se retrouva à Toulouse en zone non occupée où il fut chargé de l’accueil de réfugiés et de la direction d’un camp de jeunesse à Miremont (Haute-Garonne). Rentré à Thaon en 1944, il reprit son travail à la BTT où il fut successivement dessinateur en photogravure, contremaître et enfin responsable du service social et de formation. Engagé tôt à la CFTC, Roland Étienne fut élu délégué du personnel, délégué au comité d’entreprise et délégué au comité central d’entreprise du groupe Gillet. Il abandonna ses mandats quand le service social de l’usine lui fut confié mais ses talents d’orateur et de dessinateur favorisèrent le développement du syndicat dans tout le département. Nommé secrétaire adjoint de l’Union départementale CFTC en 1953, il en devint président en 1957.

Membre du Mouvement populaire des familles (MPF), Roland Étienne n’était pas favorable à une spécialisation du mouvement familial, aussi rejoignit-il, dès 1947, l’association familiale de Thaon. Le 6 avril 1957, il fut élu administrateur et vice-président de l’Union départementale des associations familiales (UDAF) des Vosges (il en sera président de 1976 à 1980). À partir de 1962, Roland Étienne siégea au conseil d’administration de l’UNAF (Union nationale des associations familiales) et entra en 1969 au bureau dont il devint l’un des vice-présidents en 1978. En même temps, il présida la commission de la famille ouvrière au sein de l’UNAF. En 1969, Roland Étienne fut désigné pour représenter l’UNAF au Conseil économique et social où il siégea jusqu’en 1979, ayant assumé, pendant son deuxième mandat, la présidence de la section du cadre de vie. Il représenta également la conférence des UDAF de Lorraine au Comité économique et social régional dont il dirigea une commission.

Administrateur de la Caisse d’allocations familiales des Vosges depuis 1946 au titre de l’UNAF,Roland Étienne en fut élu président en 1963. Il fut également administrateur de la CNAF (Caisse nationale des allocations familiales) qui lui confia la présidence de sa commission sociale. Pendant dix ans, il fut chargé de représenter la Caisse nationale des allocations familiales aux congrès internationaux de l’action sociale, ce qui lui valut de nombreux déplacements à l’étranger.

Les diverses responsabilités de Roland Étienne l’appelèrent à siéger dans de nombreux organismes : commission supérieure des allocations familiales ; commission supérieure des prestations sociales agricoles (médiateur pour les lois sociales en agriculture) ; conseil d’administration de l’Office des colonies de vacances de l’Inspection académique des Vosges ; vice-présidence de la Fédération des sociétés d’hygiène et d’action sociale des Vosges, de l’Association d’aide à la construction et du centre horticole de Roville-aux-chênes (Vosges) ; présidence d’une coopérative d’HLM et du Crédit mutuel de Thaon-les-Vosges.

En 1971, Roland Étienne entra au conseil municipal de Thaon-les-Vosges comme adjoint supplémentaire. Réélu en 1977, il devint maire adjoint de la commune jusqu’à son décès. Il avait été également candidat sans succès, sous l’étiquette MRP, au conseil général des Vosges, à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Chevalier de la Légion d’honneur le 26 juillet 1969, Roland Étienne était aussi chevalier du Mérite social et des Palmes académiques, titulaire du Mérite agricole, de la médaille de bronze de Jeunesse et sports et de la médaille d’or de l’UNAF.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article24781, notice ETIENNE Roland par Jean-Marie Conraud, version mise en ligne le 1er mars 2009, dernière modification le 3 juillet 2009.

Par Jean-Marie Conraud

ŒUVRE : Roland Étienne fut le créateur de plusieurs affiches pour la solidarité avec les prisonniers de guerre, pour la JOC ou pour la CFTC dont certaines ont eu une diffusion nationale. Pendant plusieurs années il collabora à la presse régionale sous forme de caricatures sur l’actualité. Il publia également quelques bandes dessinées et le livre Une passion, le dessin, Épinal, imprimerie Pellerin, 1979.

SOURCES : Arch. CFDT. — Arch. de l’Union des associations familiales des Vosges. — Arch. de la Caisse d’allocations familiales des Vosges. — Presse régionale du 25 janvier 1982.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément