FOUR Camille

Par Michel Aguettaz

Né le 11 décembre 1878 à Saint-Martin-la-Porte (Savoie), abattu le 21 juillet 1944 à Albertville (Savoie) ; résistant.

Fils de Odilon et Marie Gros, Camille Four s’était marié à Philippine Pommier le 21 septembre 1905. Le couple avait deux enfants.

Le 21 juillet 1944 dans l’après-midi Camille Four fut arrêté par des agents français de la police allemande, vraisemblablement venus de Chambéry. Sa fille Arlette, âgée de 20 ans, fut également interpellée sur son lieu de travail. Tous les deux étaient suspectés dans le cadre d’une enquête concernant René Four, fils de Camille et frère d’Arlette. Ce dernier était, selon les affirmations des gestapistes, dans un maquis et son père et sa sœur auraient entretenus une correspondance « avec le maquis ».
Après avoir été interrogé à la kommandantur, Camille Four dut monter dans un véhicule pour être emmené à Chambéry. La voiture, à peine sortie de l’arsenal, fut gênée par un barrage allemand. Profitant d’un arrêt imprévu, Camille Four s’échappa de l’automobile. Les policiers le prirent en chasse immédiatement et firent feu à plusieurs reprises sur lui. Touché à la poitrine, il s’écroula devant l’entrée des abattoirs et mourut.

Reconnu « Mort pour la France ».

Son nom est inscrit sur le monument commémoratif à la résistance, situé Avenue des Chasseurs Alpins - La Résistance du secteur Albertville, Ugine, Beaufort ,Grésy, à ses Morts.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247872, notice FOUR Camille par Michel Aguettaz, version mise en ligne le 17 mai 2022, dernière modification le 2 décembre 2022.

Par Michel Aguettaz

SOURCES : Arch. Départ. Rhône 3808 W 1180. — AVCC-SHD, Caen, AC 21 P 344170 (n c).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément