MARGUIER Robert, Arthur

Par Michel Thébault

Né le 12 janvier 1925 à Villers-le-Lac (Doubs), guillotiné après condamnation à mort le 1er juin 1943 à Cologne (Allemagne) ; horloger ; résistant Armée des Volontaires.

Robert Marguier était le fils de Félicie, Georgette Marguier horlogère âgée de 19 ans (née le 3 septembre 1905 à Villers-le-Lac). Au recensement de 1926, il était élevé par ses grands parents François, Arthur Marguier facteur des postes retraité et Maria Mougin demeurant place de l’Église. Lors du recensement de 1936, après le décès de son grand-père, il vivait rue du cimetière avec sa mère, horlogère et sa grand-mère. Au début des années 40, célibataire il exerçait le métier d’horloger, résidant toujours à Villers-le-Lac.
 
Il s’engagea très jeune, à 16 ans, dans la Résistance, rejoignant avec un camarade de Villers-le-Lac Michel Vuillequez, l’Armée des Volontaires, un réseau de résistance créé à Paris en octobre 1940 qui s’étendit progressivement à tout le nord de la France. Leur connaissance du secteur de la frontière, Villers-le-Lac, proche de Morteau, est une commune frontalière de la Suisse, en firent des passeurs du Val de Morteau travaillant pour l’Armée des Volontaires. En effet durant l’occupation allemande, le Val de Morteau fut un lieu de passage pour les prisonniers évadés, les aviateurs alliés tombés sur le territoire français, les résistants traqués, et de nombreuses familles juives venues souvent de l’étranger, de Belgique ou des Pays-Bas. Depuis le Val de Morteau, les passeurs-résistants acheminaient les courriers liés aux activités de renseignement et guidaient les personnes qui tentaient de passer la frontière. Cependant dans le courant de l’année 1941 à Paris et en province, l’Abwehr, le service de contre- espionnage allemand, réussit à pénétrer l’organisation. A partir du 9 octobre 1941 eut lieu particulièrement dans la zone Nord occupée, une opération coordonnée d’arrestations ayant pour nom de code « Fall Porto ». Cette opération s’inscrivait dans la politique répressive menée après l’attaque contre l’Union soviétique le 22 juin 1941 et visait principalement les groupes de résistants en liaison avec Londres. Robert Marguier et Michel Vuillequez furent arrêtés dans ces circonstances à une date qui reste à préciser. Au cours du mois de décembre 1941 212 hommes et 19 femmes concernées par l’opération Porto, furent déportés vers les prisons du Reich. Robert Marguier fut déporté par le convoi du 19 décembre 1941 en direction de la prison de Wiesbaden (Allemagne). Il fut ensuite interné à Wittlich, près de Cologne, lieu de détention préventive des hommes ""Nacht und Nebel"" devant être jugés. Les résistants arrêtés de l’Armée des Volontaires, une cinquantaine de personnes, furent progressivement regroupés dans la région de Trêves et jugés fin mai 1943 par le 2e sénat du Tribunal du Peuple (Volksgerichtshof) siégeant à Trèves. Une vingtaine d’entre eux furent condamnés à mort. Ces derniers furent transférés à la prison de Rheinbach, puis les exécutions par guillotine eurent lieu à la prison de Cologne. Robert Marguier et Michel Vuillequez furent guillotinés à Cologne le 1er juin 1943.
 
Il obtint la mention mort pour la France, fut homologué RIF (Résistance Intérieure Française) avec le grade de sous-lieutenant et reçut le statut Interné – Résistant (DIR). Il fut fait à titre posthume chevalier de la Légion d’honneur et reçut la Médaille de la Résistance par décret du 7 novembre 1958. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Villers-le-Lac. Il figure également à Besançon (Doubs) dans le monument aux morts de la Chapelle des Buis, où dans la crypte sont gravés, les noms de 6240 victimes civiles et militaires de la seconde guerre mondiale dans le Doubs, la Haute Saône et le Territoire de Belfort.
 
Un autre groupe de jeunes passeurs-résistants du Val de Morteau, Jean Vuillecot, Robert Tschanz et Georges Beuret fut fusillé à Angers, au champ de tir de Belle-Beille le 16 avril 1943.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247894, notice MARGUIER Robert, Arthur par Michel Thébault, version mise en ligne le 7 mai 2022, dernière modification le 7 mai 2022.

Par Michel Thébault

SOURCES : SHD AVCC, Caen Cote AC 21 P 512 696 et SHD Vincennes GR 16 P 393707 (nc) — Arch. Dép. Doubs (état civil, recensements). — Discours de Jean-Michel Blanchot, président du comité du Souvenir Français du Val de Morteau lors de la cérémonie du Souvenir Français à la Chapelle des Buis, le dimanche 5 septembre 2021. — Base Léonore des membres de la Légion d’honneur. — Site internet de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation. — Mémoire des Hommes. — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément