DESSAL Léon, Jules

Par Dominique Tantin

Né le 23 juillet 1923 à Treignac (Corrèze), mort en action le 29 janvier 1944 à Treignac ; camionneur ; résistant, maquisard dans l’Armée secrète (AS).

Léon Dessal était le fils d’Henri, camionneur, et de Léontine née Vergne. Ses parents eurent trois enfants. Son père, mobilisé de décembre 1914 à septembre 1919, deux fois cité pour son courage au feu, obtint la Médaille militaire.
Célibataire, Léon Dessal, domicilié chez ses parents, exerçait la même profession que son père.
Alias Léon, il rejoignit les rangs de l’AS. Il fut tué au combat le 29 janvier à Treignac avec son camarade Jean Glevarec lors d’une embuscade organisée par l’AS et les FTP contre un convoi de GMR et de Gardes de Vichy.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué FFI. Selon le site MémorialGenWeb, il aurait été décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume par décret du 11/03/1947 (JO N°74 du 27/03/1947, page 154), mais nous n’en avons pas eu confirmation sur le site Mémoire des Hommes. Une rue de Treignac porte son nom qui est inscrit sur le monument aux Morts et sur celui érigé à la mémoire des Maquisards.


Voir Treignac (Corrèze), 29 janvier 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247895, notice DESSAL Léon, Jules par Dominique Tantin , version mise en ligne le 7 mai 2022, dernière modification le 7 mai 2022.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen, AVCC, AC 21 P 118738 et Vincennes GR 16 P 180791 (nc). — Maquis de Corrèze, 150 combattants et témoins, Paris, Éditions Sociales, 1975, pp. 186-188. — Registre matricule militaire d’Henri Dessal, arch. dép. de Corrèze en ligne. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément