VERMANDE Jean, Jules

Par Eric Panthou, Annie Pennetier

Né le 20 mai 1920 à Gorses (Lot), mort en action des suites de ses blessures le 19 août 1944 à Saint-Céré (Lot) ; cultivateur ; résistant au sein des francs-tireurs et Partisans (FTP).

Fils de Jean Vermande, 31 ans, cultivateur, et de Marie Vermande, 35 ans, ménagère, son épouse, Jean Vermande était célibataire.
Il travailla comme ouvrier mineur chez Ribeyrol à Saint-Céré de 1940 à mars 1941 et d’octobre 1941 au 1er juin 1944. Entre temps, il avait participé à un chantier de jeunesse, groupement 28.
Il rejoignit la Résistance, membre du 3e Bataillon Statique, secteur C, FTP du Lot. Son dossier au SHD indique « partit au maquis le 28 juin 1944, nommé le 12 juillet 1944 à Saint-Céré par le capitaine Georges Frégeac chef militaire FTP, grade 2e classe, a participé à quelques embuscades et minages de routes ».
Le 13 août 1944, en service commandé, il fut blessé accidentellement à la tête et mourut le 19 août 1944 au maquis de Saint-Céré au hameau de Lardy (Lot).
Il a été tué au combat le 19 août 1944 à Saint-Céré (Lot).

Il a été reconnu "Mort pour la France", homologué FFI pour la période du 6 juin au 19 août 1944.

Son nom figure sur le monument aux Morts de Cazideroque (Lot-et-Garonne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247972, notice VERMANDE Jean, Jules par Eric Panthou, Annie Pennetier, version mise en ligne le 8 mai 2022, dernière modification le 17 mai 2022.

Par Eric Panthou, Annie Pennetier

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 19 P 46/35 3e Bataillon Statique, secteur C, FTP du Lot (en ligne). — AVCC, Caen, AC 21 P 166540, dossier militaire tué (nc). — SHD, Vincennes, GR 16 P 590207, dossier FFI. — Mémorialgenweb. — État civil Gorses (mention du décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément