DUBOIS Jean-Baptiste, Frédéric

Par Pierre-Henri Zaidman

Né le 6 novembre 1838 à Paris (XIIe arr. ancien) ; sculpteur ; domicilié à Paris, 59 rue de la Roquette (XIe arr.) ; communard.

Fils d’un horloger, marié une brunisseuse et père de deux enfants, Jean-Baptiste Dubois avait été incorporé comme appelé au 67e régiment de ligne le 23 juin 1859 et renvoyé par anticipation avec certificat avec le grade de caporal le 21 novembre 1860.
Pendant le Siège de Paris, il s’engagea dans la 2e compagnie du 130e bataillon de la Garde nationale où il fut élu capitaine, mais il démissionna au mois de novembre 1870 en raison de la plaine déposée contre lui par un sculpteur concurrent ; il servit alors comme simple garde dans le 195e bataillon et fut élu capitaine de la 2e compagnie de marche le 1er avril 1871 ; il assura un service intérieur dans son arrondissement et à l’Hôtel-de-Ville, puis il alla à Issy pendant cinq jours et ensuite à Neuilly le 1er mai, il fut alors nommé chef de bataillon par Manuel Fonsèque pour le remplacer et défendit une barricade rue Péronnet, puis alla à la Muette ; il aurait démissionné le 16 mai et se serait réfugié « chez un ami » dans le XVIe arrondissement, avant de rentrer chez lui puis de revenir chez l’ami le 22 mai pour « faciliter le départ de ses hommes ». Il resta caché jusqu’à la fin du mois de juin. Il ne fut pas immédiatement inquiété par les versaillais, puis il fut arrêté le 12 juillet 1873.
Les renseignements et les témoignages lui étaient favorables : il laissa sortir de Paris trois de ses hommes qui voulaient rejoindre Versailles, il déclara avoir continué de servir pendant la Commune par « manque de ressources » et sur les sollicitations des gardes de sa compagnie, et s’affirma comme un « homme d’ordre » : il fut acquitté par le 4e conseil de guerre le 23 août 1873.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article247993, notice DUBOIS Jean-Baptiste, Frédéric par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 9 mai 2022, dernière modification le 9 mai 2022.

Par Pierre-Henri Zaidman

SOURCES : Arch. Paris, D2R4 26. — Arch. Min. Guerre, GR 8 J 146 (1234).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément