BOCQUIER René, Noël, Bernard

Par Robert Kosmann

Né le 23 décembre 1956 à La-Roche-sur-Yon (Vendée) ; ouvrier, agent de fabrication chez Michelin à La-Roche-sur-Yon ; syndicaliste CFDT (1980-2001), secrétaire du comité d’entreprise (1991-1997), puis militant SUD Michelin (2001-2022) délégué syndical SUD et secrétaire du Comité central d’entreprise.

Cliché transmis par l’intéressé

Fils de Alfred Bocquier et de Gisèle née Valot, qui travaillaient sur une petite exploitation agricole, René Bocquier suivit l’école primaire à Aubigny-les-Clouzeaux (Vendée) jusqu’à son Certificat d’études primaires (CEP) en 1968, puis intégra une école d’agriculture (Maison familiale rurale) à la Roche-sur-Yon, jusqu’en 1972. Il entra dans la vie professionnelle à seize ans, comme aide familial sur l’exploitation de ses parents. Il effectua son service militaire de 1976 à 1977 à Bitche (Moselle) avant de rentrer comme « agent professionnel de fabrication » à l’usine Michelin de La-Roche-sur-Yon, le 5 septembre 1977. Dans l’usine il occupa divers postes à la fabrication des pneus, à leur réparation, puis comme cariste avant de s’occuper en fin de carrière de l’entretien et de la surveillance de l’éclairage de l’usine. Il prit sa retraite le 1er janvier 2019, un an avant la fermeture de l’usine dans laquelle il avait passé 42 ans en travail posté (3x8).

René Bocquier se syndiqua en 1980 à la CFDT qui était le seul syndicat de l’usine à cette époque. Il fut élu la même année délégué du personnel et délégué du Comité d’entreprise, mandat qu’il conserva jusqu’en 2001. Il fut délégué syndical CFDT à partir de 1988 puis secrétaire du comité d’Entreprise (1991-1997).

En 2001, un conflit interne au syndicat Michelin CFDT se fit jour avec la Fédération Chimie-énergie CFDT qui fut la seule à accepter l’accord Michelin des 35h, malgré l’opposition d’une partie des adhérents de la section CFDT Michelin, après un référendum dans lequel les premiers concernés, les ouvriers postés n’étaient pas majoritaires mais obligés de travailler le samedi. Particulièrement désillusionné, René Bocquier pensa tout d’abord à rendre tous ses mandats et à mettre fin à son engagement syndical. Un débat eut lieu entre tous les syndiqués des différentes usines du groupe Michelin, avec les conseils juridiques de Thierry Renard. La décision fut prise de quitter la CFDT et de fonder un syndicat SUD Michelin. René Bocquier fut désigné délégué syndical du nouveau syndicat dès 2001. Il fut également élu délégué du personnel ainsi que du Comité d’entreprise et assura la responsabilité du secrétariat du Comité central d’entreprise (CCE) pendant quatre ans.

Sur le plan personnel, René Bocquier était marié depuis mai 1979 avec Chantal née Gautier, qui travaillait comme mécanicienne en confection. Ils eurent deux enfants Jennifer en 1980, et Cindy en 1983.

En 2022, il était retraité, adhérent à ce titre à SUD Michelin. Il vivait à La Genetouze (Vendée). Il suivait avec quelques délégués le démantèlement de l’usine Michelin de La-Roche-sur-Yon. Il pratiquait le cyclo-tourisme et était le président du club cycliste « Vel’ Oxygen ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article248007, notice BOCQUIER René, Noël, Bernard par Robert Kosmann, version mise en ligne le 9 mai 2022, dernière modification le 9 mai 2022.

Par Robert Kosmann

Cliché transmis par l’intéressé

SOURCES : Archives Solidaires Industrie. — Site internet SUD Michelin. — Presse ; notamment Les Échos, Médiapart et de nombreuses références sur l’accord Michelin 35h, dans le Nouvel Obs, les Échos, Libération, le Parisien, l’Humanité, Lutte ouvrière. — Sophie Béroud, René Mouriaux, « La CFDT en quête de refondation sociale », Mouvements 2001/2, n°14 , pp. 83-89. — Entretien et correspondance avec René Bocquier, avril 2022.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément